Patrick Seale est l'un des meilleures spécialistes de la Syrie. Il est notamment l'auteur d'une biographie du président Hafez el-Assad qui fait autorité. Après l'intervention américano-britannique en Irak, la Syrie sera-t-elle l'une des prochaines cibles des faucons du Pentagone? Patrick Seale ne le croit pas. D'abord parce que les difficultés rencontrées sur le terrain après la chute de Saddam Hussein n'incitent guère les Américains à ouvrir un nouveau front. Ensuite, parce que Washington se rend compte que Damas peut jouer un rôle stabilisateur dans la région, notamment au Liban. Déjà, la présence militaire syrienne a diminué et il n'y a aucune raison, si la paix finit par s'imposer entre Israéliens et Palestiniens, pour que le Liban ne soit pas indépendant, explique-t-il. Et d'ajouter : sur le plan intérieur, la Syrie s'est engagée sur la voie des réformes ; même s'il se heurte à la vieille garde hostile au changement, Bachar el-Assad semble bien décidé à faire de son pays une nation arabe moderne et démocratique.