Le lien entre les Etats-Unis et l'Arabie saoudite s'est sérieusement détérioré depuis le 11 septembre 2001. Alors que Riyad est souvent accusé de complaisance à l'égard du terrorisme islamiste, Washington s'échine à ménager son indispensable allié énergétique et stratégique... mais prend ses distances : l'Amérique a déplacé ses soldats stationnés dans le Royaume vers le Qatar et recherche de nouvelles sources d'approvisionnement en hydrocarbures. La famille Saoud, elle aussi, doit composer avec des intérêts contradictoires : d'une part, sa population est violemment hostile aux Américains (dont le soutien à Israël exacerbe ce ressentiment) ; de l'autre, l'assistance militaire de la première puissance mondiale est vitale pour ce pays vaste et riche, mais faible. Le comportement de Riyad lors de la guerre d'Irak l'a montré : l'heure n'est plus à une connivence sans faille entre l'Arabie saoudite et les Etats-Unis. La " relation spéciale " vieille de 75 ans serait-elle en train de s'estomper ?