Interrogée par Amir Taheri, la nouvelle "star " des cercles intellectuels et politiques de Washington livre sa vision iconoclaste de l'Arabie saoudite. Laurent Murawiec a fait scandale en juillet dernier lorsque, devant un aréopage de hauts responsables de l'administration américaine, il a affirmé tout de go que Riyad était l'ennemi numéro un des Etats-Unis. Il est vrai que ses arguments font mouche : 1) sur les dix-neuf pirates de l'air qui ont exécuté les attentats du 11 septembre, seize étaient saoudiens ; 2) il est prouvé que le régime saoudien est le principal pourvoyeur de fonds d'Al-Qaida ; 3) quant au wahhabisme, qui constitue le fondement religieux de ce régime, il se réclame d'un islam radical et archaïque. Face à ce constat sans appel, Murawiec préconise une réaction sans concessions : les Saoudiens doivent accepter de coopérer sans arriére-pensées avec les enquêteurs américains. Et s'ils ne le font pas, il faudra sévir : gel de leurs avoirs à l'étranger, occupation des champs de pétrole, démembrement du royaume. On comprend que Laurent Murawiec ne se soit pas fait que des amis...