Le sociologue et écrivain à succès, Alexandre Zinoviev, est un habitué des thèses iconoclastes et des volte-face spectaculaires. Après 21 ans d'exil, ce fin analyste de la société soviétique puis russe, figure majeure de la dissidence, a choisi de rentrer chez lui pour observer de plus près ce phénomène fascinant qu'est la sortie du communisme et prendre ses distances par rapport à l'Occident. Interrogé par Galia Ackerman, il dresse un portrait sans concessions de la Russie de Boris Eltsine. Depuis dix ans, le pays a subi une occidentalisation barbare, laissant subsister certains traits du communisme. Même si, affirme-t-il, la Russie n'atteindra jamais le niveau économique de l'Occident, elle finira par se relever. Mais, sur le plan moral et idéologique, elle se trouve dans un tel état de décomposition que seul un pouvoir fort serait capable d'y remettre de l'ordre. Et si Poutine était celui que les Russes attendaient ? Alexandre Zinoviev n'est, en tout cas, pas loin de le croire...