Dans cet entretien exclusif, Fayçal Husseini, directeur de la Maison de l'Orient à Jérusalem et membre du Comité exécutif de l'OLP, fait part à Hacène Belmessous de son désenchantement. Loin de s'améliorer, la situation des Palestiniens, dit-il, n'a cessé de se dégrader depuis la signature des accords d'Oslo en 1993. L'explosion était donc inévitable. Elle est le résultat de sept années de frustrations et de désespoir. Pour autant, affirme-t-il, la paix n'est pas impossible. Encore faudrait-il qu'Israël respecte ses engagements quant à l'évacuation de ses troupes et la restitution des terres. Pour l'y contraindre, Fayçal Husseini appelle la communauté internationale, et en particulier l'Europe dont il souligne le rôle lors de la création de l'Etat hébreu, à prendre leur responsabilités. Car, malgré leurs moyens limités, les Palestiniens tiennent la stabilité de cette région entre leurs mains. S'agissant de Jérusalem, il plaide pour que la Ville sainte devienne la capitale des deux Etats, palestinien et israélien.