Bien qu'appartenant à un parti membre de la coalition centriste au pouvoir (l'UDC), Christoph Blocher incarne en Suisse la droite populiste. Interrogé sur un rapport du Conseil de l'Europe qui le qualifie d'extrémiste de droite, le président de l'UDC du canton de Zürich récuse cette caractérisation, de même qu'il refuse de voir son mouvement identifié à celui de Jörg Haider en Autriche. Car Christoph Blocher revendique haut et fort son attachement à la démocratie, et notamment à la démocratie directe telle qu'elle se pratique en Suisse. Il y voit le meilleur garde-fou contre la classe politique qui, depuis des décennies, confisque le pouvoir au sein de la Fédération et menace de vider celle-ci de sa substance démocratique. Ni nationaliste ni xénophobe, M. Blocher se veut avant tout un patriote prêt à tout pour défendre la Suisse face au péril que représente l'immigration et contre la menace internationaliste et étatiste incarnée par l'Union européenne.