Avigdor Lieberman est devenu, en quelques années, l’une des personnalités politiques à la fois les plus controversées et les plus populaires d’Israël. Nommé, en novembre dernier, vice-premier ministre chargé des Affaires stratégiques, il aura notamment à s’occuper des relations avec l’Iran. Mais c’est surtout par ses propositions de règlement du conflit israélo-palestinien qu’il s’est rendu célèbre. Dans cet entretien, conduit par Alexandre Del Valle, il détaille longuement son plan de séparation. Ce plan repose sur trois éléments : un échange de populations et de territoires ; un accord bilatéral entre Israël et l’Autorité palestinienne qui sanctionnerait la création d’un Etat palestinien ; et l’adoption d’une nouvelle loi sur la nationalité. Avigdor Lieberman en est convaincu : deux peuples que tout oppose ne peuvent vivre sur une même terre. La séparation franche et nette est la seule solution si’ l’on veut éviter un nouveau bain de sang.