Direction
 Direction du site
 Rédaction
 Conseillers auprès de la rédaction
 Conseillers auprès du Directeur
 Etudes, prospective, entretiens
 Administration
 Comité des consultants
 Publicité, Abonnements et Relations extérieures
 Par thèmes
 Par pays
 Par pesonnalités
 Contacts
 Communiquer avec les acteurs de la revue
 Commander un numéro
 S'abonner à la revue
 Les publications
Politique Internationale - La Revue
Retour à l'accueil
Présentation de la revue Dernier numéro Archives Les grands dossiers - ce qu'il faut retenir de l'actualité Pour échanger avec les acteurs de PI, poser vos questions et commander un numéro Tous les liens utiles Remises de Prix Recherche avancée
La Revue n°130 - HIVER - 2011
 
DES REMEDES ET DES HOMMES
par Patrick Wajsman
L'ETOILE MONTANTE DE LA POLITIQUE ALLEMANDE
Entretien avec Karl-Theodor Zu Guttenberg conduit par Jean-Paul Picaper
EUROPE: L'HOMME DU CONSENSUS
Entretien avec Herman Van Rompuy conduit par LUC ROSENZWEIG
GRANDE BRETAGNE. LES RECETTES DE DAVID CAMERON
Article de Virginie MALINGRE
LE CREPUSCULE DE SYLVIO BERLUSCONI
Article de Richard Heuzé
ETATS-UNIS:TROIS SCENARIOS POUR 2012
Article de Denis LACORNE
LE NOUVEAU BARACK OBAMA
Entretien avec William Kristol conduit par Laure Mandeville
L'AVENIR RADIEUX DU TEA PARTY
Entretien avec Brendan STEINHAUSER conduit par Sophie DE BELLEMANIERE
CUBA: L'HEURE DE RAUL
Article de Axel GYLDEN
SEPT ANS DANS LES GEOLES DE CASTRO
Entretien avec Ricardo GONZALEZ ALFONSO conduit par Axel GYLDEN
CHINE:LES AVOCATS DE L'ESPOIR
Entretien avec Jiang TIANYONG conduit par Marie Holzman
COMBATTRE LA PIRATERIE
Entretien avec JACK LANG conduit par Isabelle Lasserre
LA GUERRE INFORMATIQUE A COMMENCE
Article de Thérèse Delpech
ISRAEL-PALESTINE : L'IMPASSE
Entretien avec Nabil Chaath conduit par Aude MARCOVITCH
LIBAN : LES LIAISONS DANGEREUSES
Article de Sibylle RIZK
IRAN : POUR EN FINIR AVEC LA REPUBLIQUE ISLAMIQUE
Article de
GEORGIE: UN PRESIDENT INSUBMERSIBLE
Entretien avec Mikhaïl Saakachvili conduit par Isabelle Lasserre
UN MILLIARDAIRE UKRAINIEN SORT DE L'OMBRE
Entretien avec DMYTRO FIRTASH conduit par Alla Lazareva et Alain GUILLEMOLES
L'OCCIDENT A-T-IL PERDU L'UKRAINE?
Article de Viatcheslav Avioutskii
BALKANS OCCIDENTAUX : LE LONG CHEMIN VERS L'UNION EUROPÉENNE
Article de Jean-Arnault Dérens
LA RECHERCHE FACE AUX DEFIS SCIENTIFIQUES ET MEDICAUX
Article de André SYROTA
GUINEE: LA DEMOCRATISATION DANS LA DOULEUR
Article de Sabine Cessou
LA SANTÉ PUBLIQUE DANS UN MONDE INTERDÉPENDANT
Article de Margaret CHAN
L'ENJEU
Article de Ban KI-MOON
HUMANITE ET SANTE : L'APPROCHE DE LA THEOLOGIE CATHOLIQUE
Article de Jean LAFFITTE
FONDS MONDIAL : UNE RÉUSSITE EXEMPLAIRE
Entretien avec Michel KAZATCHKINE conduit par Henry LAURET
LA SANTE AU XXIe SIECLE : EVOLUTION OU REVOLUTION ?
Article de Elias ZERHOUNI
FINANCER LA SANTE : LE MODELE ANGLAIS
Article de Michael MACDONNELL et Lord DARZI
UNITAID : FINANCER POUR GUERIR
Article de Philippe DOUSTE-BLAZY
FONDATION GATES : EN FINIR AVEC LA POLIOMYELITE
Article de Tachi YAMADA

Archives
 
153 
152 
151 
150 
149 
148 
147 
146 
145 
144 
143 
142 
141 
140 
139 
138 
137 
136 
135 
134 
133 
132 
131 
130 
129 
128 
127 
126 
125 
124 
123 
122 
121 
120 
119 
118 
117 
116 
115 
114 
113 
112 
111 
110 
109 
108 
107 
106 
105 
104 
103 
102 
101 
100 
99 
98 
97 
96 
95 
94 
93 
92 
91 
90 
89 
88 
87 
86 
 
Patrick Wajsman
Directeur Général

La santé a un coût, mais elle n'a pas de prix. Derrière la banalité d'une formule, les réalités. À l'heure où l'humanité compte près de 7 milliards d'êtres, la plus grave crise financière depuis les sombres années 1930 déroule son cortège d'incertitudes, de chômage, de pauvreté. Les nations du Nord quêtent la croissance nouvelle et ploient sous le fardeau de la dette. Les grands émergents foncent à toute vapeur vers la terre promise du développement. Restent des centaines de millions de laissés-pour-compte. De fait, en Afrique, en Asie, voire en Amérique latine, de nombreuses populations ont vu leur état aggravé par le tsunami. Un milliard d'individus vivent avec, plus ou moins, un euro par jour. Plus d'un milliard d'habitants n'ont toujours pas accès à l'eau potable et à un logement décent. Malnutrition, manque d'hygiène, carences de soins, déficit en médicaments/médecins/logistique, mortalité infantile, la nouvelle pauvreté accentue les facteurs de pathologies, d'épidémies, voire de pandémies. Or les maladies qui affectent en premier lieu les plus démunis sont cause de désorganisation sociale quand ce n'est pas de déséquilibres locaux et régionaux. Moralement inacceptable. Politiquement dangereux.Un espoir se lève. En ce début de XXIe siècle, la santé, dans son acception la plus large, devient affaire de conscience et d'enjeu planétaire. Briser les cycles de la pauvreté, allouer les ressources, maîtriser la démographie des naissances, rassembler la communauté internationale en faveur du développement, beaucoup comprennent que c'est oeuvrer à la paix et à la sécurité. Il y a une dizaine d'années, la grande croisade contre le sida s'est ébranlée à l'initiative, principalement, de la France et du Brésil. Elle a, d'une certaine manière, donné le la à cette grande mobilisation pour l'aide internationale qui rassemble désormais un large éventail d'acteurs - des États eux-mêmes aux organisations institutionnelles en passant par la société civile, les associations et les fondations à but caritatif, les universitaires et les chercheurs. Sans oublier le monde des affaires. Il est plaisant d'observer qu'au-delà des sensibilités et des intérêts particuliers la coopération s'exerce dans le meilleur esprit. L'aide se révèle de plus en plus efficace. Les gouvernements donateurs du Nord, certains d'entre eux au moins, augmentent leurs contributions malgré la rigueur ambiante. Des pays du Sud eux-mêmes veulent dépenser plus pour la santé. Aux Nations unies, de grands dirigeants planétaires se mobilisent, conscients que, dans les régions à faibles revenus, 8 millions d'enfants meurent encore chaque année de maladies et 350 000 femmes, des suites de complications liées à la grossesse et à l'accouchement ! Prévenir mais aussi guérir : sur le terrain, la vaccination et le traitement pour l'éradication des maladies « tueuses » d'enfants et d'adultes progressent quotidiennement. Souvent dans un cadre de coopération public-privé. Encourageant. Sauver et prolonger la vie : légitime et immense ambition. Beaucoup reste à faire, à imaginer, à initier. Sans oublier, naturellement, que les grandes problématiques de santé publique ne sont pas l'apanage des pays pauvres. Dans les démocraties du Nord, l'allongement de l'espérance de vie, le vieillissement donc, est porteur de lourds paradoxes. À peine la santé devient-elle un droit fondamental que l'objectif de justice, de qualité médicale et d'universalité des soins bute sur le défi du financement, sur la soutenabilité socio-économique. Mettre en oeuvre une politique de « santé équitable » nécessite aussi, en face des progrès de la science, de s'accorder sur les critères de morale et d'éthique. Et suppose enfin, last but not least, de résoudre l'équation de la recherche fondamentale et appliquée au coeur de la médecine de demain. Par dizaines de milliards chaque année, les dépenses de l'industrie de la pharmacie et du biomédical ne cessent de progresser. Or le nombre de médicaments nouveaux approuvés par l'autorité publique diminue tandis que croissent les exigences du public. Recherche, épidémiologie, avancées, qualité des soins, mutations, hausse des besoins, financement : les dirigeants ont la responsabilité de pérenniser les systèmes de protection menacés par le stress budgétaire ; définir le juste ratio coûts/bénéfices pour la collectivité ; et garantir à la recherche un niveau d'investissement compatible avec les enjeux scientifiques. Évidemment d'une grande complexité, le sujet santé s'impose comme priorité absolue. Une nouvelle ère s'ouvre qui exacerbe les défis en termes de prévention, d'intervention, de préservation de la biodiversité, de climatologie. Ce Dossier exceptionnel de Politique Internationale consacré à la santé ne prétend pas être exhaustif, mais choisit de donner la parole à de grandes personnalités et à de grandes institutions, que nous remercions de leur sollicitude. Analyses et témoignages édifiants. Par nature, le postulat, c'est que l'aide au développement n'est et ne sera jamais suffisante. OEuvrer au bien-être : la tâche est d'autant plus considérable qu'une part de l'humanité doit prioritairement s'atteler à l'édification d'une politique de santé, d'un système de protection sociale propre qui ne sera jamais qu'un très lointain cousin du modèle d'État-providence échafaudé au Nord sur les ruines de la guerre. Mais, réconfortant, le mouvement est en marche. Des voix se font entendre. De grands pays émergents, telle la Chine, rejoindront un jour prochain le club des donateurs, lequel a donc vocation à s'élargir. La mobilisation elle-même s'exerce déjà sur un front plus large. La coopération et les financements innovants (Unitaid et autres) ouvrent des perspectives de ressources insoupçonnées. Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme enregistre des résultats probants. Sans doute l'argent reste-t-il le nerf de la guerre. Une quarantaine de milliards de dollars : tels sont les besoins qui permettraient d'atteindre l'objectif annuel de la Stratégie globale de l'ONU. La crise financière, dit-on, aurait coûté au moins 5 000 à 6 000 milliards, c'est selon. Henry Lauret Coordonnateur de ce Dossier spécial