Direction
 Direction du site
 Rédaction
 Conseillers auprès de la rédaction
 Conseillers auprès du Directeur
 Etudes, prospective, entretiens
 Administration
 Comité des consultants
 Publicité, Abonnements et Relations extérieures
 Par thèmes
 Par pays
 Par pesonnalités
 Contacts
 Communiquer avec les acteurs de la revue
 Commander un numéro
 S'abonner à la revue
 Les publications
Politique Internationale - La Revue
Retour à l'accueil
Présentation de la revue Dernier numéro Archives Les grands dossiers - ce qu'il faut retenir de l'actualité Pour échanger avec les acteurs de PI, poser vos questions et commander un numéro Tous les liens utiles Remises de Prix Recherche avancée
La Revue n°105 - AUTOMNE - 2004
 
EN GUISE DE PRESENTATION
par Patrick Wajsman
Une "chancelière" pour l'Allemagne
Entretien avec Angela Merkel conduit par Jean-Paul Picaper
Européen, encore un éffort !
Entretien avec Silvio Berlusconi conduit par Richard Heuzé
Les raisons du "non"
Article de Jean-Louis Bourlanges
La Turquie, une candidate ordinaire
Article de Jean-François Bayart
Etats-Unis : un leadership responsable
Entretien avec Zbigniew Brzezinski conduit par Jacqueline Albert Simon
Belgrade - Moscou : "Soft diplomatie" à la francçaise
Article de Isabelle Lasserre et Laure Mandeville
Serbie : un redressement difficile
Entretien avec Bozidar Djelic conduit par Isabelle Lasserre
Quelle politique européenne pour les balkans de l'Ouest ?
Article de Nadège Ragaru
L'heure du destin
Entretien avec Ariel Sharon conduit par Uri Dan
Le mirage du "Grand moyen-Orient"
Article de Alain Dieckhoff
Pétrole : dépendances et turbulences
Article de Jean-Marie Chevalier
Afrique : La bombe à retardement
Entretien avec Pierre-André Wiltzer conduit par Thomas HOFNUNG
Nicaragua : la démocratie retrouvée
Entretien avec Enrique Bolaños conduit par Pascal Drouhaud
Afghanistan: Le lent retour du pouvoir central
Article de Olivier Roy
Les afghans et la drogue
Article de Alain Labrousse
Un goulag si discret...
Article de Pierre Rigoulot
Les maîtres de l'ambiguïté
Article de Thérèse Delpech
Comment juger les crimes d'état?
Article de Philippe Moreau Defarges

Archives
 
155 
154 
153 
152 
151 
150 
149 
148 
147 
146 
145 
144 
143 
142 
141 
140 
139 
138 
137 
136 
135 
134 
133 
132 
131 
130 
129 
128 
127 
126 
125 
124 
123 
122 
121 
120 
119 
118 
117 
116 
115 
114 
113 
112 
111 
110 
109 
108 
107 
106 
105 
104 
103 
102 
101 
100 
99 
98 
97 
96 
95 
94 
93 
92 
91 
90 
89 
88 
87 
86 
 
Patrick Wajsman
Directeur Général

Pour nous, cet automne restera marqué par le Prix du Courage Politique que notre Revue a remis au Pape Jean-Paul II en personne. Au Vatican.
Ce Prix - que nous avions décerné, jadis, à des personnalités telles que Frederik De Klerk et Anouar el-Sadate - récompense l'œuvre terrestre du Saint Père, son œuvre diplomatique et humanitaire. Un Prix que nul ne méritait plus que lui.
Dans un monde où l'accommodement avec l'agresseur (ou l'oppresseur) est souvent considéré comme une forme de " réalisme ", voire de sagesse ; dans un monde où l'on a un peu trop tendance à se prosterner devant le statu quo, même s'il est inique et indéfendable ; dans ce monde-là, Jean-Paul II a fait mûrir l'esprit de résistance.
Son " n'ayez pas peur ", adressé dès 1978 à ses compatriotes polonais, a porté, en réalité, bien au-delà de la Pologne. Et chacun reconnaît aujourd'hui le rôle décisif qu'il a joué dans l'effondrement du communisme en Europe et le démantèlement de l'empire soviétique - et cela, répétons-le, en un temps où la bienséance consistait à " ne pas faire de vagues " et à sacrifier, sans trop de remords, la justice à la stabilité. Jean-Paul II, c'est le contraire de l'abandon, c'est le contraire de l'esprit de Munich.
Partout, et pas seulement en Europe, on l'a entendu redonner confiance aux oubliés de l'Histoire, dénoncer à voix haute les dictatures et les tyrannies, de gauche comme de droite - de Castro à Pinochet. À tous il a répété que l'homme est la seule légitimité et la seule finalité du pouvoir ; qu'aucun régime n'est éternel ; et qu'on ne saurait fabriquer impunément une symétrie factice entre le Bien et le Mal.
À ce prophète " désarmé " qui nous démontre depuis vingt-cinq ans qu'il n'y a pas de limites à ce que la volonté peut accomplir, à cet homme qui a fait tant de fois la preuve que l'on
peut apprivoiser l'impossible, nous sommes fiers d'avoir offert notre Prix. Quelles que soient nos convictions philosophiques et nos croyances, Jean-Paul II est, pour nous, une étoile dans la nuit...

Mais la vie continue. Il me faut donc, sans plus tarder, rappeler à nos lecteurs que ce Numéro d'automne s'efforce de satisfaire leur curiosité sur la plupart des grands sujets du trimestre : ambitions américaines ; menaces nord-coréennes ; impatiences turques ; turbulences irakiennes ; reconstruction afghane ; détresses africaines ; affrontements israélo-palestiniens...
Sans oublier, bien sûr, les questions transversales qui occupent, elles aussi, la Une des journaux : recrudescence du trafic de drogue, hausse du prix du pétrole, tâtonnements de la justice internationale...
Pour évaluer de tels enjeux, nous avons fait appel, comme à l'accoutumée, à ceux qui " font " l'actualité (de Silvio Berlusconi à Ariel Sharon) et à ceux qui la décryptent. Aux acteurs et aux experts. Les uns et les autres s'expriment ici en toute liberté et sans jamais recourir à la langue de bois.


Un dernier mot pour signaler que nous publions, avec ce Numéro d'automne, un substantiel " Supplément Roumanie " (coordonné par notre ami Mihnea Berindei). Cet attachant et courageux pays francophile se trouve à la croisée des chemins : le 17 décembre 2004, on saura s'il a de bonnes chances d'entrer dans l'Union européenne en 2007 ou s'il lui faut encore attendre des jours meilleurs.
Le Premier ministre Adrian Nastase, le Président Ion Iliescu - et bien d'autres prestigieux contributeurs - nous livrent, en avant-première, leur avis éclairé.


Puisque ce Numéro est placé, en quelque sorte, sous le signe du courage politique, qu'il me soit permis, en guise de
conclusion, de citer cette jolie phrase d'Alexandre de Marenches : " Ceux qui n'ont pas de courage ne savent pas ce qu'ils perdent. "


Voilà. Tout est dit.


À toutes et à tous : bonne lecture.