Politique Internationale - La Revue n°114 - HIVER - 2007

sommaire du n° 114
RUSSIE: LA VAGUE NATIONALISTE
Article de Laure Mandeville
Grand reporter au Figaro
en français
in english
en español
en français
Agresiones en serie contra los tadjiks, cáucasos o africanos; pogroms antichechenos; redadas de georgianos: en los últimos años, asistimos a un verdadero incremento de la ola nacionalista que venía surgiendo secretamente de lo más hondo de Rusia desde hace varios años. La violencia se está multiplicando en un momento en que la temática de la "rusidad" y de la defensa de los intereses de la "gran nación rusa", en el interior como en el exterior, se ha convertido en el eje central de la ideología del presidente Putin; una ideología perfectamente en línea con las aspiraciones de una población empobrecida y despojada por diecisiete años de transición poscomunista. Ahora bien, algunos se preguntan si, de tanto manipular el nacionalismo, Vladimir Putin no terminará por convertirse en su prisionero. Al acercarse las elecciones legislativas que precederán el año de las presidenciales, se ha desatado una gran batalla entre los clanes del Kremlin. Y no hay que descartar la posibilidad de que, una vez más, el poder se busque un "enemigo imaginario" para salirse con la suya.
Notes :

(1) Suite à l'arrestation et à la détention de cinq officiers russes par Tbilissi qui les accusait d'espionnage, Moscou a déclenché une véritable campagne anti-géorgienne, s'attaquant aux Géorgiens installés de longue date en Russie, et ayant, pour beaucoup, la citoyenneté russe. Pendant plusieurs semaines, des centaines de familles ont été raflées sans discernement, embarquées de force dans des avions et expédiées en Géorgie. Certaines étaient en situation illégale. Tous les commerces et casinos tenus par des Géorgiens ont par ailleurs été fermés ou suspendus, sine die. Des lettres ont été envoyées par certains services de police de la région de Moscou à des écoles moscovites, leur demandant de dresser la liste des écoliers géorgiens inscrits dans leurs murs. Toutes ont refusé. Cette grande opération anti-Géorgie n'ayant pas été officiellement stoppée, une épée de Damoclès continue de peser au-dessus de la communauté géorgienne de Russie tout entière.
(2) Voir, notamment, Laure Mandeville : « Fantasmes russes et myopie occidentale », Politique Internationale, no 72, été 1996 ; et Laure Mandeville, « Russie : retour en force dans l'ex-empire », Politique Internationale, no 103, printemps 2004.
(3) Pour une approche historique du nationalisme russe, reliant les courants du passé aux tendances actuelles, voir le très intéressant ouvrage de Walter Laqueur, Histoire des droites en Russie, des centuries noires aux nouveaux extrémismes, Michalon, 1993. 
(4) Voir : Anna Politkovskaïa, Tchétchénie, le déshonneur russe, Buchet-Chastel, 2003.
(5) Interview réalisée par l'auteur pour Le Figaro à Voronej.
(6) Voir l'entretien avec Dimitri Rogozine, « Un patriote inclassable », Politique Internationale, no 110, hiver 2005-2006.
(7) L'ambiguïté du court-métrage laissait penser que ces ordures désignaient non pas les écorces de pastèques montrées à l'écran, mais les étrangers.
(8) Voir note (1).
(9) Prétextant des problèmes d'hygiène et de non-respect des normes sanitaires russes, la Russie a imposé ces derniers mois un embargo sur les importations de produits alimentaires (viandes, alcools, vins, eaux minérales...) provenant de Pologne, de Géorgie, d'Ukraine et de Moldavie, quatre anciens satellites en froid avec Moscou. Cet embargo est à l'origine du veto de Varsovie à la signature d'un nouvel accord cadre de partenariat entre Moscou et l'Union européenne, veto qui n'a toujours pas été complètement levé.
(10) Cette jolie formule est empruntée à Volker Ruhe, qui l'a récemment utilisée lors d'un colloque de la Fondation Adenauer, tenu fin septembre à Washington.