Politique Internationale - La Revue n°119 - PRINTEMPS - 2008

sommaire du n° 119
LES DEFIS DU PAKISTAN
Article de Mariam ABOU ZAHAB
Universitaire
in english
en español
en français
The results of Pakistan's legislative elections on February 24 reflected voters' rejection of General Musharraf as well as their hope for change. For the new prime minister Yusuf Raza Gilani, who belongs to the party of the late Benazir Bhutto, assassinated in December 2007, the task will be far from easy. He has established a list of priorities for his government, while at the same time making it clear that he cannot perform miracles, particularly economic ones. Will the new government be able to meet the expectations of the Pakistani people? Will it have sufficient resources to tackle the immense challenges that lie ahead?  Will it be able to translate its declared intentions into a redefinition of its relationship with the United States and its role in the "war on terror"? Will the army really renounce its role in politics? The months ahead will surely provide some answers.
Notes :
(1) Respectivement secrétaire d'État adjoint et assistant du secrétaire d'État pour l'Asie du Sud et l'Asie centrale.
(2) Les ministres appartenant à la PML-N ont simplement porté un brassard noir et ont boycotté la réception qui a suivi la cérémonie.
(3) Ce parti qui représente les Muhajirs (musulmans venus de l'Inde en 1947) est implanté à Karachi et dans d'autres villes du Sind. Il a soutenu le général Musharraf depuis les élections de 2002.
(4) Nawab Akbar Bugti, chef tribal balouche, a été tué le 27 août 2006 par l'armée pakistanaise. Balach Marri, chef de l'Armée de libération du Balouchistan, a trouvé la mort dans des circonstances controversées le 21 novembre 2007, probablement en Afghanistan où il s'était refugié. Ces deux chefs tribaux avaient pris la tête de l'insurrection déclenchée en 2000 et qui a connu une recrudescence après les élections de février 2008.
(5) Les perspectives sont toutefois beaucoup moins bonnes pour 2008.
(6) Plus de 40 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.
(7) Le gouvernement de transition a procédé à des augmentations de 16 % du prix de l'essence et de 10 % du prix de l'électricité.
(8) Citons, parmi les mesures d'austérité annoncées, la suppression des comptoirs réservés aux parlementaires dans les aéroports, l'obligation faite aux ministres de voyager en classe « économique plus » pour les vols intérieurs, la réduction de l'éclairage des bâtiments publics et des crédits de décoration pour les résidences des ministres...
(9) Le gouvernement a annoncé que le prix d'achat du blé passerait de 510 roupies à 640 roupies (pour 40 kilos), ce qui satisfait les paysans mais reste très inférieur au prix mondial de 1 200 roupies les 40 kilos. Cette mesure ne mettra donc pas fin à l'exportation en contrebande de farine vers les pays voisins où le prix est beaucoup plus élevé. Elle risque en outre d'alimenter l'inflation et la spéculation.
(10) Les sept zones tribales sous administration fédérale (FATA) - Waziristan-Nord, Waziristan-Sud, Kurram, Khyber, Bajaur, Orakzai et Mohmand - et les six régions tribales rattachées aux districts de Peshawar, Kohat, Bannu, Lakki Marwat, Tank et Dera Ismaïl Khan ont une population d'au moins 4 millions d'habitants. Hormis Orakzai, ces zones sont limitrophes de l'Afghanistan. S'y ajoutent des zones tribales sous administration provinciale (PATA) situées dans le nord de la NWFP et au Balouchistan.
(11) La NWFP est située au nord-ouest du Pakistan entre l'Indus et la ligne Durand, frontière avec l'Afghanistan.
(12) Quelque 85 000 jeunes de 18 à 25 ans seraient sans emploi dans les zones tribales.
(13) Les États-Unis mènent régulièrement, avec l'« accord tacite » du Pakistan, des attaques (tirs de missiles par des drones) depuis le territoire afghan contre des « terroristes étrangers », notamment au Waziristan et à Bajaur. Les victimes de ces frappes aériennes sont essentiellement des civils tribaux, notamment des femmes et des enfants. Les attaques menées à Damadola (Bajaur) en janvier 2006 ainsi qu'au Waziristan en février et mars 2008, entre autres, ont fait des dizaines de morts.