Politique Internationale - La Revue n°119 - PRINTEMPS - 2008

sommaire du n° 119
TAIWAN-CHINE: PRIORITE AUX ECHANGES ECONOMIQUES
Article de Philippe CHEVALERIAS
in english
en español
en français
Tras un periodo de interrupción durante el cual el único lazo comercial entre las dos orillas del estrecho de Formosa era el contrabando, los intercambios entre Taiwán y China se reanudaron progresivamente a partir de los años 70. Sin embargo, fue preciso esperar el final de los años 80 para que se abolieran los obstáculos jurídicos para el desarrollo del comercio impuestos por Pekín y 1990 para que Taipei autorizara por fin a sus ciudadanos a invertir en el continente. Los intercambios vivieron entonces un auténtico boom, que sigue siendo de actualidad. Ahora bien, la política de los dos socios no obedece a la misma lógica: flexibilizando gradualmente la reglamentación sobre los intercambios con China, el objetivo del gobierno taiwanés es ante todo satisfacer las expectativas de los empresarios de la isla que desean disponer de mayor libertad de acción en el continente. En cambio, para las autoridades chinas, el acercamiento económico no es más que una etapa de un largo proceso, cuyo colofón sólo podría ser la unión política.
Notes :
(1) 94 % en 1946 ; 91 % en 1947 ; 86 % en 1948. Cf. Lin, Manhong, Si bai nian lai de liang'an fenhe-Yi ge jingmao shi de huigu (400 ans de séparation et d'union - Une rétrospective des relations économiques et commerciales entre Taiwan et le continent chinois), Taipei, Zili wanbao wenhua chuban bu, Taiwan lishi da xi, 1994, p. 41. (2) On écrit également « Tchang Kaï-chek » ou Jiang Jieshi. (3) À cette occasion, il transféra à Taiwan les institutions de la République de Chine fondée le 1er janvier 1912 par Sun Yat-sen (Sun Yixian). (4) Lin, Manhong, op. cit., p. 46. (5) Ibid. (6) Cette île, contrôlée à l'époque par les forces nationalistes, est située à moins de trois kilomètres des côtes chinoises. Les autorités taiwanaises exercent aujourd'hui leur souveraineté sur Taiwan, Penghu, Jinmen (Quemoy) et Mazu (Matsu). (7) Cependant, le gouvernement américain décida d'exclure de ce traité Jinmen et Mazu afin d'éviter autant que faire se peut d'avoir à intervenir militairement dans le détroit. Cf. Liao, Yifang, Tujie Taiwan shi (Histoire illustrée de Taiwan), Taipei, Yiboshi chuban she, Yice tongxiao, 2005, p. 207. (8) Yuanliu Taiwan guan, Taiwan shi xiao shidian (Petit dictionnaire chronologique de l'histoire de Taiwan), Taipei, Yuanliu chuban gongsi, Renshi Taiwan shidian xilie, 2002, p. 177. (9) Lin, Manhong, op. cit., p. 48. (10) Cf. La « Réglementation sur l'interdiction du commerce illégal de produits en provenance des régions contrôlées par les bandits » (Qudi fei wei wupin guanli banfa). (11) Mao Zedong échoua dans sa conquête de Taiwan, de même que Chiang Kai-shek dans sa reconquête du continent chinois, et le conflit militaire entre les deux rives se transforma peu à peu en conflit politique. (12) Sauf mention contraire, les statistiques sur le commerce et l'investissement citées dans cet article sont tirées de Liang'an jingji tongji yuebao (Cross-Strait Economic Statistics Monthly), Mainland Affairs Council, Taiwan (divers numéros). (13) Cf. Les « Trois principes de base pour le commerce indirect via Hongkong et Macao » (Dui Gang Ao diqu zhuankou maoyi san jiben yuanze). (14) Li, Fei, Haixia liang'an jingmao guanxi (Relations économiques et commerciales entre les deux rives), Beijing, Duiwai maoyi jiaoyu chuban she, 1994, p. 156. (15) Zhongguo Dalu, « Min Tai jingmao xiang quyu zhenghe fazhan » (Les relations économiques et commerciales entre le Fujian et Taiwan : vers une intégration régionale), Zhongguo Dalu, novembre 1994, p. 48-49. (16) Statistiques chinoises. Cf. Li, Fei, op. cit., p. 158. (17) Hsiao, Hsin-Huang Michael, So, Alvin Y., « Taiwan-Mainland Economic Nexus-Socio-Political Origins, State-Society Impacts and Future Prospects », Occasional Paper (Hongkong Institute of Asia Pacific Studies), n° 37, août 1994, p. 1. (18) Yang, Ya-hwei, « The Financial System and Financial Policy in Taiwan - Lesson for Developing Countries », Occasional Paper (Chung-Hua Institution for Economic Research), n° 9 410, décembre 1994, p. 3-5. (19) Zhonghua minguo tongji yuebao (Taiwan, Executive Yuan, Statistical Bureau), n° 109, janvier 1975 ; Balance of Payments ROC (Taiwan District, The Central Bank of China) (divers numéros). (20) Produit national brut (PNB). Cf. Taiwan Statistical Data Book (TSDB), 1996. (21) TSDB, 1996, op.cit. (22) Chang, Ching-huei, « The Limits of Statism in Taiwan : The Distorsions of Policies Ignoring Small Enterprise Dynamism », American Asian Review, vol. 14, n° 2, été 1996, p. 81. (23) TSDB, 1996, op. cit. (24) Zhonghua minguo tongji yuebao, janvier 1975, op. cit. ; Balance of Payments ROC (divers numéros), op.cit. (25) Statistiques taiwanaises - projets d'investissement (en valeur) déclarés auprès du ministère taiwanais des Affaires économiques (Ministry of Economic Affairs, MOEA) sur la période 1959-1987. Cf. Statistics on Overseas Chinese and Foreign Investment, Outward Investment, Mainland Investment (Taipei, MOEA, Investment Commission) (divers numéros). (26) Chen, Tain-jy, « Determinants of Taiwan's Direct Foreign Investments : The Case of a Newly Industrializing Country », Journal of Development Economics, 1992 (39), p. 399-401. (27) 1952-1958, cf. TSDB, 1988. (28) 1987, cf. TSDB, 1988. (29) Cf. les « Dispositions pour encourager les investissements des compatriotes de Taiwan » (Guanyu Taiwan tongbao touzi de guiding). (30) Par exemple, un entrepreneur taiwanais justifie sa décision d'investir à Tianjin juste après les événements de Tian'anmen en affirmant qu'on a toujours intérêt à négocier quand son interlocuteur est en position de faiblesse. Il précise qu'il a obtenu des conditions très favorables en raison du départ de bon nombre de firmes étrangères. Cf. He, Qing, « Taishang zai Tianjin chuangchu yi pian tian » (Les entreprises taiwanaises se ménagent un coin de ciel bleu à Tianjin), Zhongguo Dalu, septembre 1994, p. 59. (31) Statistiques chinoises. (32) Cf. la « Réglementation concernant la gestion des investissements indirects ou de la coopération technologique sur le continent » (Dui Dalu diqu congshi jianjie touzi huo jishu hezuo guanli banfa). (33) Wu, Rong-I, Tseng, Ming-Sheng, « The Development of the Information Industry in Taiwan », IDRI Occasional Paper, n° 7, novembre 1997, p. 7-8. (34) 40 secteurs étaient encore interdits en 1997, contre 312 en 1993, pour l'essentiel des produits de haute technologie (CD-ROM, équipements de communication sans fil, etc.). Cf. Chen, Deborah, « Off-Limits of Projects on Mainland Announced », Free China Journal, 11 juillet 1997, p. 3. (35) Statistiques taiwanaises - projets d'investissement (en valeur). Cf. Statistics on Overseas Chinese..., op. cit. (36) Ce contact eut lieu en avril 1993 à Singapour par l'intermédiaire de l'ARATS (Association for Relations Across the Taiwan Straits) - organisme chinois - et de la SEF (Straits Exchange Foundation) - organisme taiwanais. (37) Tianjin, Pékin, Hangzhou, Canton, Wuhan, Xi'an, Qinhuangdao, Jinan, Luoyang, Chongqing, Shenyang (informations recueillies par l'auteur auprès de Ting Hsin, Pékin, le 14 mars 1997). (38) Taiwan News, 25 mai 1999, p. 14. (39) Les premiers investisseurs de l'île exportaient la plupart des produits qu'ils fabriquaient sur le continent. De plus, pour éviter le problème du rapatriement des profits, ils traitaient les commandes et les factures au siège de l'entreprise à Taiwan. (40) Cf. la « Loi sur la protection des investissements des compatriotes de Taiwan » (Taiwan tongbao touzi baohu fa). En fait, cette loi, qui est censée remplacer les « dispositions » de juillet 1988, n'apporte rien de nouveau par rapport à ces dernières. (41) Par exemple, un entrepreneur fabrique sur le continent chinois un produit « semi-fini » qui sera ensuite exporté à Taiwan pour être intégré au produit final. (42) Cf. la « Réglementation concernant les conditions d'autorisation des échanges commerciaux entre les deux rives » (Taiwan diqu yu Dalu diqu maoyi xuke banfa), avril 1993 (amendée à plusieurs reprises au cours des années 1990). (43) Sous l'appellation de « Territoire douanier de Taiwan, Penghu, Jinmen et Mazu ». (44) En fait, les hommes d'affaires taiwanais conservent la possibilité d'investir « indirectement » s'ils le désirent, cela afin de mieux protéger leurs capitaux. Cf. Tien, Jiun-mei, « Policy Implication of Liberalizing Direct Investment in Mainland China », Liang'an jingmao yuekan (Straits Business Monthly), n° 128, août 2002, p. 3-7. (45) En fait, il est impossible d'avoir un chiffre fiable, c'est pourquoi il est préférable de s'en tenir aux tendances. Cf. Tien, Jiun-wei, op.cit. (46) Statistiques taiwanaises - projets d'investissement (en valeur). Cf. Statistics on Overseas Chinese..., op. cit. (47) Cf. la « Réglementation provisoire sur le développement du commerce avec Taiwan » (Guanyu kaizhan dui Taiwan maoyi de zanxing guiding), mai 1979. (48) Ouzhou ribao, 30 novembre 2007, p. 17.