Politique Internationale - La Revue n°98 - HIVER - 2003

sommaire du n° 98
PORTUGAL : LA PORTE ÉTROITE DU RENOUVEAU
Entretien avec José Manuel Durão Barroso
Premier ministre du Portugal depuis avril 2002
conduit par
Jean-Jacques Lafaye
Collaborateur de la revue Politique Internationale depuis 1983
en français
in english
en español
en français
Le nouveau premier ministre portugais se définit comme un homme du centre. Il se réclame d'un centre réformateur, qui ne se construit pas par opposition à la droite ou à la gauche. Cet ancien professeur d'université, chef du Parti social-démocrate, entend engager le Portugal sur la voie des réformes : assainissement des finances publiques, privatisations, relance de l'investissement, lutte contre les rigidités administratives. Répondant aux questions de Jean-Jacques Lafaye, José Manuel Duráo-Barroso met l'accent sur les atouts de son pays : sa capacité d'adaptation, son ouverture à l'innovation, sa stabilité. Au nom des " petits " pays, il plaide pour une Europe plus intégrée où le principe d'égalité entre les Etats continuerait à être respecté. Fort de son passé colonial, le Portugal a un rôle particulier à jouer au sein de l'Union européenne : il veut être une passerelle jetée entre l'Europe et l'Afrique et, au-delà entre l'Atlantique et la Méditerranée.
Notes :

(1) Francisco Sà Carneiro, ancien avocat, avait commencé sa carrière comme parlementaire d'opposition au régime de Marcelo Caetano, le successeur de Salazar. En février 1973, il démissionne de l'Assemblée nationale. Ministre sans portefeuille après la révolution du 27 avril 1974, il fonde, un mois après le coup d'État, le Parti populaire démocratique (PPD) qui allait devenir, en octobre 1976, le Parti social-démocrate (PSD). D'abord favorable aux militaires putschistes, il entend prendre ses distances avec les socialistes et surtout avec les communistes dont l'influence grandissante au sein du gouvernement l'inquiète. Après les élections de 1976 qui portent au pouvoir le gouvernement minoritaire de Mario Soares, Sà Carneiro tente de s'opposer, en vain, à l'élargissement du secteur public souhaité par le Parti socialiste. Il constitue, en 1979, avec le Centre démocratique et social (CDS) de Diogo Freitas do Amaral et le petit Parti monarchiste (PPM) une coalition de centre droit, l'Alliance démocratique, laquelle remporte la majorité des sièges aux législatives du 2 décembre de la même année. À 45 ans, Francisco Sà Carneiro devient alors premier ministre du sixième gouvernement constitutionnel. Face à une inflation de 20 % et à un chômage endémique, il propose une réduction des dépenses publiques et une relance de l'investissement. Sa mort, dans un accident d'avion, à trois jours des élections présidentielles de décembre 1980, a soulevé une émotion considérable, d'autant que la thèse de l'attentat n'a jamais été totalement écartée.
(2) Le père jésuite Antonio Vieira (1608-1697) émigra très jeune au Brésil avec ses parents, où il fut ordonné prêtre. Toute sa vie, il s'est battu pour la défense des droits des Indiens. Il est l'auteur de très nombreux sermons qui connurent une large diffusion au Portugal comme au Brésil.