Politique Internationale - La Revue n°132 - ÉTÉ - 2011

sommaire du n° 132
POUR UN AFGHANISTAN DEMOCRATIQUE
Entretien avec Abdullah ABDULLAH
Ancien ministre afghan des Affaires étrangères (2001-2005).
conduit par
Isabelle Lasserre
Chef adjointe du service Étranger du Figaro
en français
in english
en español
en français
Dr. Abdullah Abdullah, 50, is the main political rival to Afghan President Hamid Karzai. Despite having served as Karzai's foreign affairs minister from 2001 to 2005, Dr. Abdullah (a former advisor to famous resistance commander Ahmed Shah Massoud of the Northern Alliance) has become increasingly critical of the Afghan head of state. He believes that Mr. Karzai is corrupt and obsessed with hanging onto power at all costs. What's more, he made a terrible mistake in wanting to negotiate with the so-called "moderate" Talibans, prompting Dr. Abdullah to stand in the 2009 presidential election against Hamid Karzai. After finishing second in the first round, Dr. Abdullah decided not to take part in the runoff, accusing the government of widespread election rigging. In this exclusive interview, the leading opposition figure and head of the "Coalition for Hope and Change in Afghanistan" launches a scathing attack on his rival and offers his vision of a truly democratic future for Afghanistan.
Notes :
(1) Le président Hamid Karzai, mais aussi certains pays de la coalition, estiment que la paix en Afghanistan doit désormais passer par une réconciliation avec les talibans dits « modérés ».
(2) Une partie des services secrets et de l'armée pakistanaise jouent un double jeu, soutenant officiellement la « guerre contre le terrorisme » lancée par Washington au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 tout en aidant les talibans.
(3) Depuis 1989, des groupes armés islamistes pakistanais luttent contre l'armée indienne au Cachemire, revendiqué par les deux pays. Ces militants extrémistes sont également actifs en Afghanistan.
(4) Les régions frontalières des zones tribales pakistanaises, notamment les provinces du Helmand et de Kandahar, majoritairement pachtounes, sont très infiltrées par les talibans.
(5) Héritiers des anciennes Indes britanniques, l'Inde et le Pakistan acquièrent leur indépendance le 15 août 1947. La séparation des deux États, l'un peuplé majoritairement d'hindous, l'autre de musulmans, se fait dans un climat de grande violence.
(6) Dès 1947, l'Inde, sous la houlette du premier ministre Nehru, adopte des institutions démocratiques inspirées du modèle britannique.
(7) Dirigé par Muhammad Ali Jinnah, le Pakistan s'est au contraire construit sur la base d'une identité religieuse, l'islam.
(8) L'Armée nationale afghane a été créée un an après la chute des talibans, en 2002.
(9) À partir de l'été 2011, les forces de la coalition doivent transférer, de manière graduelle, la responsabilité militaire des provinces afghanes aux forces de sécurité locales (armée et police).
(10) Ancien chef de l'armée, président du Pakistan de 2001 à 2008.