Politique Internationale - La Revue n°141 - AUTOMNE - 2014

sommaire du n° 141
PORTUGAL : UN LONG RETABLISSEMENT
Entretien avec Pedro PASSOS COELHO
Premier ministre du Portugal depuis le 15 juin 2011.
conduit par
Michel FAURE
Grand reporter à L'Express
en français
in english
en español
en français
En cette année 2013, Pedro Passos Coelho, le premier ministre portugais, n'est plus tout à fait le même homme que celui qu'avait rencontré Politique Internationale en juin 2011, deux jours seulement après sa victoire aux élections législatives. Son pays était au plus mal mais lui se trouvait au meilleur de sa forme. Son prédécesseur socialiste, José Socrates, venait de signer avec le Fonds monétaire international, la Banque centrale européenne et l'Union européenne un accord de sauvetage de 78 milliards d'euros. Le Portugal se plaçait ainsi sous la tutelle de ces trois organismes, surnommés la « troïka », qui imposèrent des mesures d'austérité et un calendrier indiquant leur mise en oeuvre. En campagne électorale, Passos Coelho (président du Parti social-démocrate, centre droit) avait promis d'appliquer ce programme et même d'aller plus vite que ne l'exigeait l'accord - et cela, afin de dynamiser son pays et de lui rendre au plus tôt sa liberté d'action. Deux ans plus tard, le constat est mitigé et Passos Coelho, toujours volontariste, certes, mesure le chemin qu'il reste à parcourir. Le premier ministre n'a pas réussi à devancer les demandes de la troïka et la récession s'est révélée plus grave que prévu. Les réformes furent menées difficilement, dans un climat social tendu, marqué par trois grèves générales depuis les législatives. L'accord de sauvetage de 2011 prévoyait le retour à un déficit de 3 % en cette année 2013. Aujourd'hui, Passos Coelho en est réduit à espérer que ce taux ne dépassera pas les 5,5 %, alors que la croissance est négative de plus de deux points et que le chômage affecte 18 % de la population active.
La crise économique perdure ; mais, cet été, une autre crise, politique celle-là, s'est invitée dans ce décor désolant. En 2011, le PSD avait certes remporté les législatives mais n'avait cependant pas obtenu la majorité absolue des sièges au Parlement. Il dut donc s'allier avec le petit parti conservateur CDS-PP (Centro Democratico e Social - Partido Popular) de Paulo Portas, qui fut nommé ministre des Affaires étrangères dans le nouveau gouvernement. Bien que Portas eût fait campagne en promettant d'« adoucir » la potion amère de l'austérité et d'être le « contrepoids » du PSD, les deux partis s'engagèrent, en nouant leur alliance, à forger une coalition solide qui durerait les quatre années de la législature. Or, le 1er juillet dernier, tout s'effondre. À l'origine de la crise se trouve la démission du ministre des Finances, Vitor Gaspar, un technocrate sans affiliation politique. M. Gaspar estime avoir atteint les limites acceptables d'une politique d'austérité et ne souhaite pas continuer son travail dans un climat social devenu hostile aux réformes. Il est aussitôt remplacé par Maria Luis Albuquerque, jusqu'alors secrétaire d'État au Trésor, qui symbolise la continuité dans l'effort entrepris. Mais, dès le lendemain, Paulo Portas, fâché de ne pas avoir été écouté quand il avait souhaité que les réformes soient conduites sur un rythme moins rapide, annonce sa démission « irrévocable ». Soudain, c'est la survie même du gouvernement qui est en jeu.
Suivent quatre jours infernaux. À droite, on multiplie les consultations publiques et les négociations discrètes ; à gauche, on appelle à la démission de M. Passos Coelho et à des élections anticipées. Puis M. Portas, qui avait claqué la porte... revient par la fenêtre quatre jours plus tard avec le titre de vice-premier ministre chargé des Finances, de la réforme de l'État et du dialogue avec la troïka ! Cette crise, qui un instant a fait trembler la zone euro, se termine en farce guignolesque. Si l'issue a permis de soigner l'amour-propre de Paulo Portas, le coup d'éclat apparaît, rétrospectivement, assez dérisoire, sinon ridicule au regard des enjeux. À cela viennent de s'ajouter, le 29 septembre, des élections municipales désastreuses pour le parti du premier ministre, le PSD, qui ne rassemble que 16,7 % des suffrages, contre 36,3 % pour le Parti socialiste. Pedro Passos Coelho a reconnu que ce scrutin représentait une « défaite nationale » - une défaite dont il estime cependant qu'elle constitue le « prix à payer » pour mener sa politique de redressement. Son ambition, désormais, est d'atteindre les conditions qui permettraient au Portugal de mettre fin à la tutelle de la troïka à son échéance prévue, en juin 2014.
Quoi qu'il en soit, le Portugal n'en aura pas pour autant fini avec la crise et la mise en oeuvre des ajustements qu'elle impose. De grandes avancées ont été réalisées, il est vrai : la réduction du déficit budgétaire ; le retour à l'équilibre de la balance commerciale ; une réforme facilitant les procédures d'embauche et de licenciement dans le secteur privé ; et une baisse des effectifs des fonctionnaires. Mais elles ne suffisent pas pour renouer avec la croissance et retrouver la pleine confiance des marchés. M. Passos Coelho, qui a entamé avec courage et ténacité ce train de réformes, sera sans doute tenté, en 2015, d'être de nouveau candidat pour « finir le travail ». Et de prévenir par avance ses adversaires potentiels : les réformes devront continuer, quel que soit le futur chef du gouvernement. « C'est très simple, dit-il : nous n'avons pas le choix. »
M. F.
Notes :
(1) Le gouvernement portugais a signé, en janvier 2012, un accord avec plusieurs syndicats visant à flexibiliser embauches et licenciements - accord salué par la troïka comme un « premier pas » en vue d'améliorer la compétitivité du pays. À noter que la CGTP, première confédération syndicale du Portugal, qui revendique 750 000 adhérents, a refusé de signer cet accord.
(2) Le « multiplicateur financier », ou « multiplicateur de crédit », est traditionnellement défini comme le coefficient mesurant le supplément de crédit dans l'économie résultant d'une augmentation de monnaie émise par la banque centrale et des soldes créditeurs des établissements financiers.