Politique Internationale - La Revue n°162 - HIVER -

sommaire du n° 162
Pyongyang-Séoul : les illusions de la détente
Article de Pascal DAYEZ-BURGEON
Spécialiste des deux Corées, Pascal Dayez-Burgeon dirige actuellement le bureau du CNRS à Bruxelles
in english
en español
en français




It has been a year since North Korea, once considered the most evil country in the world - not to mention one with nuclear capability that poses a threat to the entire planet - began efforts to burnish its reputation thanks to a series of adroitly staged summit meetings. The media instantly began touting a "historic turning point", forgetting a bit too quickly that this is not the first time that the two Koreas have engaged in détente. Appearances notwithstanding, for Donald Trump's America the North Korea issue does not constitute a major priority, although it does bring one significant benefit: it embarrasses China, which disapproves of any efforts by its protégé to stray from its influence. For the two Koreas, however, détente is the only alternative. It is essential for simple economic reasons: the North rean regime finds itself between a rock and a hard place, while South Korea's economy is losing steam. The question is how their respective sponsors will react. 

Notes :


(1) L'appellation de royaume ermite a été popularisée par le missionnaire William Griffis (1843-1926), auteur en 1882 de Corea : the Hermit Kingdom. Et c'est à Percival Lowell (1855-1916), sympathique aventurier américain qui se piquait de science, qu'on doit la formule du « matin calme ». Cette formule n'a aucun fondement dans la culture coréenne mais elle s'est imposée au fil des ans comme un cliché touristique indépassable.



(2) Touchés de plein fouet par le chômage, les jeunes Sud-Coréens n'ont plus confiance en leur pays qu'ils ont surnommé Hell Joseon, l'enfer coréen.



(3) Depuis son arrivée au pouvoir en décembre 2011, Kim Jong-un a fait procéder à 4 essais nucléaires (12 février 2013, 6 janvier et 9 septembre 2016, et 3 septembre 2017) après ceux du 9 octobre 2006 et du 25 mai 2009 ordonnés par son père Kim Jong-il (1942-2011) et à 80 tirs balistiques. Systématiquement condamnés par l'ONU, ces tirs ont donné lieu à des sanctions économiques de plus en plus draconiennes. 



(4) La DMZ, pour DeMilitarized Zone, est la bande de territoire de 248 km de long et de 4 km de large sinuant de part et d'autre du 38e parallèle, et qui sert de frontière entre la Corée du Sud et la Corée du Nord.



(5) Rencontre entre les présidents Nixon et Mao à Pékin en février 1972 et sommet Nixon-Brejnev à Moscou en mai 1972.



(6) Roh Moo-hyun, le successeur de Kim Dae-jung, a essayé de relancer le dialogue intercoréen lors d'un second sommet en octobre 2007 mais n'est parvenu à aucune mesure concrète.



(7) Le président Kim Dae-jung a reçu le prix Nobel de la paix en octobre 2000 pour son action en faveur de la réconciliation avec la Corée du Nord et de la paix sur la péninsule coréenne.



(8) Discours sur l'état de l'Union, 29 janvier 2002 : « States like North Korea, Iran and Iraq and their terrorist allies constitute an axis of evil, arming to threaten the peace of the world. »



(9) Conclu le 1er juillet 1968, le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) vise à empêcher qu'en dehors des grandes puissances (États-Unis, Russie, France et Chine) les États accèdent à l'arme nucléaire.



(10) En février 2012, la Corée du Nord avait accepté de suspendre son programme nucléaire contre 240 000 tonnes d'aide alimentaire livrées par les États-Unis ; un mois plus tard, Pyongyang reprenait les tirs balistiques.



(11) Discours du 19 septembre 2018 à la tribune de l'ONU.



(12) Selon un rapport du Center for Strategic and International Studies révélé par le New York Times le 12 novembre 2018, la Corée du Nord se serait dotée de 13 sites secrets de missiles balistiques à capacité nucléaire.



(13) En décembre 1991, les États-Unis ont retiré les missiles nucléaires Matador qu'ils avaient déployés au Sud à partir de 1958.



(14) Le Terminal High Altitude Area Defense (THAAD) est un système de missiles antibalistiques mis au point par la firme Lockheed Martin.



(15) Depuis mars 2018, la Constitution chinoise a mis fin à la règle du mandat présidentiel limité. Xi Jinping va donc pouvoir rester au pouvoir aussi longtemps qu'il le jugera bon.



(16) Voir Patrick Maurus, « La troisième Corée », Le Débat, no 198, janvier 2018.



(17) Abe Shinzo a rencontré le président Trump dans sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride, en avril 2018, sans obtenir que le Japon soit associé au dialogue entre Pyongyang et Washington.



(18) Le chroniqueur et écrivain Yann Moix y a, par exemple, accompagné l'acteur Gérard Depardieu en septembre 2018. 



(19) Lee Myung-bak (février 2008-février 2013) puis Park Geun-hye (février 2013-mars 2017).



(20) Révélation du Choson Ilbo, l'un des trois grands quotidiens sud-coréens, 22 octobre 2018.



(21) En 2017, les exportations sud-coréennes en Chine (145 milliards de dollars) ont dépassé les importations chinoises en Corée du Sud (118 milliards).



(22) L'expression a été popularisée par l'ouvrage de Handel Jones : Chinamerica : Why the Future of America is China, McGraw Hill, 2010.