Cent ans de négationnisme

n° 147 - Hiver 2015

Pour la première fois en 99 ans, le président turc a adressé un message officiel au peuple arménien afin de lui présenter ses condoléances pour la souffrance infligée aux descendants de ceux qui ont perdu la vie en 1915. Il n'était pas question d'excuses mais au moins, pour la première fois, un homme d'État turc a fait preuve d'humanité en exprimant de telles condoléances. J'estime que c'est un bon début, même s'il n'y a pas eu de prolongement - des excuses pour le massacre de Dersim, par exemple - et même s'il s'agissait juste d'une formalité.
Les commémorations du 24 avril sont devenues un rituel dans le monde entier. Ces dernières années, il a même été possible d'organiser des événements commémoratifs en Turquie. Nous le devons au mouvement des droits de l'homme.
La première commémoration du génocide, du « nettoyage ethnique » qui a débuté par la rafle des intellectuels arméniens, et dont les pratiques et l'impact ont perduré jusqu'à nos jours, s'est tenue à Istanbul. En avril 1919, pour la première fois depuis le génocide, la communauté arménienne a pu se rassembler et célébrer le souvenir des victimes dans trois églises.
Lors de cette célébration, Teotig, écrivain et éditeur arménien qui avait survécu au génocide, distribua son livre Monument au 11 avril. Cet ouvrage dresse la liste des intellectuels, des écrivains, journalistes, médecins, éditeurs, pharmaciens, hommes d'affaires et représentants d'autres professions disparus lors des massacres et qui formaient l'élite de la communauté. C'est également un livre important du point de vue du mouvement des droits de l'homme, car il documente ce qui constitue peut-être la première rafle de l'histoire. Il a été publié à Istanbul (1).
D'autres événements se sont déroulés dans la capitale. Le Parlement ottoman, dont Talaat Pacha était membre, a créé en son sein une commission d'enquête, rédigé un rapport et organisé des débats.
Par ailleurs, certains responsables de la déportation des Arméniens ont été jugés par des tribunaux militaires qui les ont reconnus coupables et condamnés à des peines de prison. Des membres du gouvernement du Comité Union et Progrès (CUP), principaux responsables de cette politique, ont été jugés par contumace. Talaat Pacha, Enver Pacha et Djemal Pacha ont été condamnés à mort. De nombreux suspects ont également été arrêtés et emprisonnés - et par la suite envoyés à Malte pour des raisons de sécurité. Mais le « Printemps turc » a été de courte durée (2).
Le nouvel ordre mondial après le génocide
À la fin de la Première Guerre mondiale, le dernier gouvernement constitutionnel à Istanbul signa un accord de cessez-le-feu avec les puissances de l'Entente, tout comme l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie et la Bulgarie. Il participa ensuite aux négociations de la Conférence de paix de Paris, en 1919, qui visait à mettre en place un nouveau système international (3). À l'issue de celles-ci, il accepta les conditions du traité de Sèvres, qui imposait à la Turquie de lourdes réparations. De la même manière que l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie et la Bulgarie les avaient acceptées. Un des …

Sommaire

l'Ukraine face à l'agression russe

Entretien avec Arséni Iatseniouk par Isabelle Lasserre

Russie-Occident : une crise durable

par Arnaud Dubien

MINISTRE SANS FRONTIÈRES

Entretien avec Eka Zguladze par Isabelle Lasserre

Pour une russie sans poutine

Entretien avec Mikhail Kassianov par Grégory Rayko et Isabelle Lasserre

la guerre cachée du Kremlin contre l'Europe

par Francoise Thom

Espagne : le bout du tunnel

Entretien avec Mariano Rajoy par Michel Faure

Catalogne : demain l'indépendance ?

Entretien avec Artur Mas par Michel Faure

Colombie : l'adieu aux armes

Entretien avec Juan Manuel Santos par Marie Delcas

De quoi Daech est-il le nom ?

Entretien avec François Heisbourg par Grégory Rayko

La mÉcanique djihadiste

Entretien avec Olivier Roy par Mikael Guedj

Cuba/Etats-unis : les coulisses d'un rapprochement

par Sara Roumette

Plus jamais

par Serge Sargsyan

2015 : l'année du centenaire du génocide

par François Hollande

Le devoir de mémoire

Entretien avec Nicolas Sarkozy par la Rédaction de Politique Internationale

Prévenir les crimes contre l'humanité

par Edward Nalbadian

« Ils sont tombés »

par Charles Aznavour

Légiférer sur le négationnisme

par Israel Charny

De la spécificité du crime de génocide

Entretien avec Yves Ternon par Natalia Rutkevich

Génocide et destruction partielle du groupe national

par Daniel Feierstein

les génocides de la grande guerre

par Mark Levene

Les « nouveaux crimes » de la Turquie

par William Schabas

Analyse d'un négationnisme d'État

par Geoffrey Robertson

Turquie : les ressorts du déni

par Roger w. Smith

Cent ans de négationnisme

par Ragip Zarakolu

Reconnaître un génocide pour en éviter d'autres

par Yair Auron

Les arméniens et le droit au recours

par Alfred-Maurice de Zayas

Le combat des victimes

par Henry Theriault

Le génocide arménien vu d'Allemagne

par Tessa Hofmann