Le génocide arménien vu d'Allemagne

n° 147 - Hiver 2015

La mise en place d'une tradition d'indifférence
Au cours du XXe siècle, l'Allemagne a été impliquée dans deux génocides et demi : elle est directement coupable de celui perpétré entre 1904 et 1908 contre les Herero, les Nama, les San et d'autres populations dans son ancienne colonie du « Sud-Ouest » (aujourd'hui la Namibie), ainsi que de l'extermination des Juifs et Tsiganes d'Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Et elle est au moins partiellement responsable du génocide commis à l'encontre des Arméniens et d'autres chrétiens de l'Empire ottoman durant la Première Guerre mondiale.
Contrairement au citoyen lambda, qui n'avait accès à aucune information sur le génocide arménien au cours de la guerre à cause de la censure militaire, les dirigeants allemands étaient parfaitement au fait des crimes de leurs alliés ottomans. Les diplomates allemands en poste dans l'Empire se sont employés à transmettre à leur ambassade à Constantinople des masses de rapports détaillés, sans aucune restriction (1). Grâce aux missions allemandes, de nombreuses informations indépendantes sur les massacres et les déportations de masse sont également parvenues aux Églises protestante et catholique d'Allemagne, dont les représentants se sont adressés le 15 octobre 1915 au chancelier Theobald von Bethmann Hollweg, appelant à la solidarité chrétienne et à l'honneur de la nation allemande :
« Ni nous ni notre nation chrétienne ne pouvons rester silencieux. Le gouvernement turc, qui a lui-même initié et utilisé la solidarité islamique de tous les pays pour atteindre ses propres objectifs, ne peut pas attendre de ses alliés chrétiens qu'ils taisent leur sentiment de solidarité chrétienne. (...) Il faut tout faire pour empêcher de ternir l'honneur allemand par une suspicion de responsabilité, même conjointe, dans les actes scandaleux cités ci-dessus. Il est insupportable de penser qu'alors que nous, Allemands, construisons des mosquées pour les captifs musulmans, des centaines d'églises chrétiennes sont détruites ou converties en mosquées. Notre conscience est lourde de savoir qu'alors que la presse allemande exalte la magnanimité et la tolérance de notre allié musulman, des mains musulmanes déversent par torrents le sang de chrétiens innocents, et des dizaines de milliers de chrétiens sont forcés de se convertir à l'islam » (2).
Mais lorsqu'en décembre 1915 l'ambassadeur extraordinaire à Constantinople, le comte Paul Wolff-Metternich, suggéra d'adopter une attitude plus critique et plus moralisatrice envers les « loups affamés du comité » [jeune turc], après avoir déjà obtenu le soutien du ministre des Affaires étrangères von Jagow, le chancelier Bethmann Hollweg repoussa avec véhémence toute révision de la politique de l'Allemagne à l'égard de la Turquie : « La condamnation publique d'un allié dans le cours de la guerre serait un acte sans précédent historique. Notre seul but est de conserver la Turquie à nos côtés jusqu'à la fin de la guerre, et peu importe que cela puisse avoir un effet sur la vie ou la mort d'Arméniens. Si la guerre doit se poursuivre, nous aurons encore plus besoin des Turcs » (3).
Après guerre, les dirigeants de la République de Weimar étaient les mêmes que ceux …

Sommaire

l'Ukraine face à l'agression russe

Entretien avec Arséni Iatseniouk par Isabelle Lasserre

Russie-Occident : une crise durable

par Arnaud Dubien

MINISTRE SANS FRONTIÈRES

Entretien avec Eka Zguladze par Isabelle Lasserre

Pour une russie sans poutine

Entretien avec Mikhail Kassianov par Grégory Rayko et Isabelle Lasserre

la guerre cachée du Kremlin contre l'Europe

par Francoise Thom

Espagne : le bout du tunnel

Entretien avec Mariano Rajoy par Michel Faure

Catalogne : demain l'indépendance ?

Entretien avec Artur Mas par Michel Faure

Colombie : l'adieu aux armes

Entretien avec Juan Manuel Santos par Marie Delcas

De quoi Daech est-il le nom ?

Entretien avec François Heisbourg par Grégory Rayko

La mÉcanique djihadiste

Entretien avec Olivier Roy par Mikael Guedj

Cuba/Etats-unis : les coulisses d'un rapprochement

par Sara Roumette

Plus jamais

par Serge Sargsyan

2015 : l'année du centenaire du génocide

par François Hollande

Le devoir de mémoire

Entretien avec Nicolas Sarkozy par la Rédaction de Politique Internationale

Prévenir les crimes contre l'humanité

par Edward Nalbadian

« Ils sont tombés »

par Charles Aznavour

Légiférer sur le négationnisme

par Israel Charny

De la spécificité du crime de génocide

Entretien avec Yves Ternon par Natalia Rutkevich

Génocide et destruction partielle du groupe national

par Daniel Feierstein

les génocides de la grande guerre

par Mark Levene

Les « nouveaux crimes » de la Turquie

par William Schabas

Analyse d'un négationnisme d'État

par Geoffrey Robertson

Turquie : les ressorts du déni

par Roger w. Smith

Cent ans de négationnisme

par Ragip Zarakolu

Reconnaître un génocide pour en éviter d'autres

par Yair Auron

Les arméniens et le droit au recours

par Alfred-Maurice de Zayas

Le combat des victimes

par Henry Theriault

Le génocide arménien vu d'Allemagne

par Tessa Hofmann