IDEES SIMPLES ET ORIENT COMPLIQUE

n° 121 - Automne 2008

Thomas Hofnung - L'élection de Nicolas Sarkozy à l'Élysée a marqué un tournant dans la manière d'appréhender les problèmes du Proche-Orient. En particulier, son discours à la Knesset du 23 juin dernier a apporté la preuve d'un rééquilibrage de la diplomatie française en faveur de l'État d'Israël. Parviendra-t-il, selon vous, à triompher des pesanteurs pro-arabes du Quai d'Orsay ?
David Pryce-Jones - Les jeux ne sont pas faits. Si le chef de l'État a multiplié, au cours des derniers mois, les déplacements - en Tunisie, en Libye ou en Algérie - c'est bien pour tenter de maintenir le cap de la politique française. Toutefois, je note un changement intéressant : contrairement à ses prédécesseurs qui, depuis Charles de Gaulle, n'ont eu de cesse, vis-à-vis d'Israël, d'adopter une politique de distanciation, Nicolas Sarkozy, lui, a de la sympathie pour l'État hébreu. Les Israéliens ont désormais le sentiment que la France peut les écouter, et que Paris va participer au processus de paix de manière beaucoup plus constructive que par le passé.
T. H. - À vos yeux, la France jouera-t-elle toujours un rôle important dans la région ?
D. P.-J. - J'en suis convaincu. Par tradition, elle participe aux affaires du Moyen-Orient. Elle y a beaucoup d'amis, et de l'influence. Mais pour que cette influence se traduise en actes, elle devait rapidement changer de cap. Depuis de trop longues années, son rôle consistait surtout à s'opposer aux diverses initiatives diplomatiques. C'était une attitude incompréhensible, car, en agissant de la sorte, elle se mettait en dehors du coup. La France doit, au contraire, s'efforcer de créer une atmosphère de partenariat. Le Quai d'Orsay a régulièrement évoqué l'idée d'un tel partenariat au Proche-Orient,; mais, dans les faits, celui-ci excluait Israël. Vos diplomates ont tendance à considérer le monde arabe comme l'aire d'expansion naturelle de la France.
T. H. - En quoi et comment la France, avant Nicolas Sarkozy, s'opposait-elle aux initiatives de paix au Proche-Orient ?
D. P.-J. - Depuis de Gaulle, la France s'était toujours rangée du côté des dictateurs. En 1978, elle a pris position contre les accords de Camp David entre Sadate et Begin et, en 1993, contre les accords d'Oslo entre Rabin et Arafat. Plus près de nous, l'engagement de Jacques Chirac en faveur de Saddam Hussein aux Nations unies a rendu la guerre quasi inéluctable. Tout cela est lié à une vision fantasmatique des États-Unis.
T. H. - Vous écrivez, dans votre dernier ouvrage (1), que la diplomatie française n'a jamais cru fondamentalement en l'État d'Israël...
D. P.-J. - Pendant un siècle, la France a considéré que le sionisme allait à l'encontre de ses intérêts non seulement au Liban et en Syrie, mais aussi en Afrique du Nord. Du coup, elle a tout fait pour entraver le développement de l'État d'Israël, y compris - je viens d'en parler - en soutenant ouvertement les régimes les moins démocratiques de la région. Je vais vous faire une confidence : certains de mes amis diplomates français n'osent même pas exprimer en …

Sommaire

LA FRANCE EST DE RETOUR

Entretien avec Bernard Kouchner par la Rédaction de Politique Internationale

L'EUROPE FACE A LA CRISE

Entretien avec Jean-Claude Juncker par Baudouin Bollaert

CONTRE L'INTEGRISME DES MARCHES

Entretien avec Georges Soros par Julien Nessi

L'EURO, MONNAIE DES PEUPLES

par Christian Noyer

RUSSIE: L'EMPIRE CONTRE-ATTAQUE

par Laure Mandeville

SI l'URSS AVAIT SURVECU...

par Galia Ackerman

GEORGIE: LE REVE BRISE

par Sylvia Serrano

L'AME EUROPEENNE

Entretien avec Otto de Habsbourg par Jean-Paul Picaper

LA BALTIQUE, UNE MER DE COOPERATION

par Antoine Jacob

DU BON USAGE DE L'UNION POUR LA MEDITERRANEE

par Gérard Claude

L'HOMME QUI VEUT SAUVER ROME

Entretien avec Gianni Alemanno par Richard Heuzé

POUR UNE CONSCIENCE CIVIQUE UNIVERSELLE

Entretien avec Prince Albert II de Monaco par Jean-Jacques Lafaye

QUE RESTE-T-IL DES GRANDES PUISSANCES ?

par Pierre Hassner

LE PRINTEMPS DES AUTOCRATES

par Thérèse Delpech

PAROLES D'UN SAGE

Entretien avec Elie Wiesel par la Rédaction de Politique Internationale

IDEES SIMPLES ET ORIENT COMPLIQUE

Entretien avec David Pryce-Jones par Thomas Hofnung

QUAND JE SERAI PREMIER MINISTRE...

Entretien avec Benyamin Netanyahou par Gilles-William Goldnadel

ISRAEL SURVIVRA-T-IL EN 2068

par Frédéric Encel

LE HEZBOLLAH AUX PORTES DU POUVOIR ?

par Jean-Pierre Perrin

LE LIBAN, OTAGE DU GRAND JEU IRAN-OCCIDENT

Entretien avec Amine Gemayel par Christian Chesnot

LE CREDO DU « PARTI DE DIEU »

Entretien avec Mohammed Raad par Christian Chesnot

EQUATEUR: POUR UN SOCIALISME DU XXIe SIECLE

Entretien avec Rafael Correa par Marie Gaborit