Le miracle rwandais

n° 144 - Été 2014

Frédéric Encel - On avait le sentiment que les relations franco-rwandaises tendaient à s'apaiser. Jusqu'à ce qu'une nouvelle crise éclate en avril dernier lorsque vous avez accusé la France de refuser de reconnaître ce que vous appelez sa « responsabilité » dans le génocide de 1994. Du coup, aucun officiel français n'était présent lors des commémorations du 20e anniversaire. Comment expliquez-vous ce regain de tension ?
Paul Kagamé - Nos relations avec les pays étrangers sont guidées par les principes de vérité et de respect mutuel. Notre relation avec la France n'échappe pas à la règle. Nous avons noté quelques avancées positives au cours des dernières années, notamment le premier procès d'un génocidaire présumé en France. Mais le problème de fond réside dans cette propension persistante à déformer l'Histoire.
Chacun a le droit de ne pas assister à la 20e commémoration du génocide contre les Tutsis, mais cela ne change pas la réalité historique. Cela ne change rien à l'implication d'un certain nombre de personnes avant, pendant et après le génocide, ni au fait que des génocidaires ont trouvé refuge à l'étranger et, en particulier, en France. Il est impossible de tordre la réalité par simple commodité ou pour plaire à tel ou tel.
F. E. - Mais, très concrètement, que demandez-vous aux autorités françaises d'aujourd'hui ? Une commission d'enquête façon Sénat belge en 1997 ? Des excuses officielles ?
P. K. - Ce n'est pas à nous de demander des excuses ou quoi que ce soit d'autre. C'est à la France qu'il appartient de choisir la façon dont elle entend examiner son passé. Nous avons regardé le nôtre en face et nous continuerons à le faire. Nous n'avions d'autre choix que de l'affronter. Je le répète : il nous appartient d'inventorier et d'analyser toutes les questions relatives à la tragédie qui s'est déroulée dans notre pays. Mais l'avenir de nos relations avec la France dépendra de la manière dont les uns et les autres se comporteront et assumeront leurs responsabilités à cet égard. Les uns et les autres, c'est-à-dire nous tous.
F. E. - La mémoire du génocide de 1994 a pris en quelques années une place considérable au Rwanda, à la fois dans l'espace, dans le temps, dans les mots et même sur le terrain diplomatique (bonnes relations avec Israël, liens entre les mémoriaux Yad Vashem et Gisozi, etc.). Quelle est la finalité de cette politique ?
P. K. - Ce rappel du passé ne procède pas d'un projet global, mais se compose d'une série d'éléments fondamentaux. Nous voulons honorer la mémoire de tous ceux qui sont morts et apporter du réconfort à ceux qui ont survécu, conformément aux valeurs de dignité nationale qui sont les nôtres. Nous voulons dire la vérité sur ce qui s'est passé tout en nous efforçant d'améliorer la vie quotidienne des Rwandais. Chacun de ces objectifs a son importance ; on ne peut pas privilégier l'un au détriment de l'autre. C'est en essayant de comprendre le génocide que l'on peut éviter que l'Histoire …

Sommaire

Ukraine : les arrière-pensées de Moscou

par Galia Ackerman

Le miracle rwandais

Entretien avec Paul Kagamé par Frédéric Encel

Que reste-il du rêve européen ?

Entretien avec Wolfgang Schauble par Jean-Paul Picaper

Les priorités de l'Europe

Entretien avec Jean-Claude Juncker par Baudouin Bollaert

Pour une mondialisation civilisée

Entretien avec Pascal Lamy par Baudouin Bollaert

La troisième révolution ukrainienne

Entretien avec Andriy Parubiy par Sébastien Gobert

les racines du conflit

Entretien avec Georges Sokoloff par Natalia Rutkevich

L'idéologue de poutine

Entretien avec Alexandre Douguine par Galia Ackerman

Les balkans et l'union européenne : un éternel rendez-vous manqué ?

par Jean-Arnault Dérens

Le nouveau maître de la Serbie

Entretien avec Aleksandar Vucic par Jean-Arnault Dérens et Philippe Bertinchamps

Etats-Unis 2016 : et le prochain Président sera...

par Nicole Bacharan

Proche-Orient : les illusions de la paix

par Bruno Tertrais

Un ambassadeur à Damas

par Dan Raviv

Maroc-Europe : un partenariat privilégié

Entretien avec Michel Barnier par Frédéric Encel

Colombie : le Président de la paix ?

Entretien avec Juan manuel Santos par La rédaction de politique internationale

Venezuela : la crise de l'après-Chavez

par Marie Delcas

Rwanda : vingt ans après

par Sabine Cessou

Les réseaux, clé de voûte du système énergétique

Entretien avec Jean-Marie Chevalier par La rédaction de politique internationale

La longue marche des réseaux

Entretien avec Michel Derdevet par La rédaction de politique internationale

Europe de l'énergie : un rêve qui devient réalité

Entretien avec Dominique Ristori par La rédaction de politique internationale

Les nouvelles routes des hydrocarbures

Entretien avec Olivier Appert par La rédaction de politique internationale

En attendant les compteurs intelligents...

Entretien avec Philippe Monloubou par La rédaction de politique internationale

Le gaz, énergie de demain

Entretien avec Sandra Lagumina par La rédaction de politique internationale

Transition énergétique à l'allemande

par La rédaction de politique internationale

Europe-Méditerranée-Afrique : le temps des défis énergétiques

Afrique : les oubliés de l'électricité

par La rédaction de politique internationale

Quand la Chine de l'énergie s'éveillera...

Entretien avec Hervé Machenaud par La rédaction de politique internationale