l'Ukraine face à l'agression russe

n° 147 - Hiver 2015

Entretien avec Arséni Iatseniouk*
* Premier ministre d'Ukraine depuis février 2014.
l'ukraine face à l'agression russe
Cet entretien a été conduitpar Isabelle Lasserre**
** Rédactrice en chef adjointe au service étranger du Figaro.
Longtemps considéré comme un technocrate, un économiste sérieux mais timide et manquant de charisme, Arséni Iatseniouk a acquis une stature d'homme d'État depuis qu'il est devenu premier ministre d'Ukraine, le 27 février 2014, après les événements d'EuroMaïdan et la fuite de l'ancien président Viktor Ianoukovitch (1).
À 40 ans, l'homme possède déjà une solide expérience du pouvoir - une expérience acquise à la suite de la Révolution orange qui a porté au pouvoir à Kiev, début 2005, une équipe pro-européenne conduite par Viktor Iouchtchenko et Ioulia Timochenko. Sous la présidence de M. Iouchtchenko, M. Iatseniouk fut ministre de l'Économie de 2005 à 2006, puis brièvement chef de la diplomatie en 2007 avant de présider le Parlement jusqu'à la fin 2008. Il a, en particulier, beaucoup oeuvré pour l'entrée de l'Ukraine dans l'OMC, effective en 2008.
La victoire à l'élection présidentielle de 2010 de Viktor Ianoukovitch le repousse dans l'opposition. Partisan déterminé du rapprochement de Kiev avec l'Union européenne, détracteur féroce de M. Ianoukovitch, en qui il voit un pantin du Kremlin profondément corrompu, il est de toutes les manifestations qui éclatent fin 2013 quand le président annonce son refus de signer l'accord d'association que propose l'UE. La suite est rapide : le régime s'effondre, les révolutionnaires s'emparent du pouvoir, M. Iatseniouk prend la tête du gouvernement provisoire et annonce la tenue prochaine d'une présidentielle anticipée. Un scrutin auquel il ne se présentera pas, préférant soutenir Ioulia Timochenko, dont il est un allié de longue date.
Le 25 mai, Mme Timochenko est sèchement battue à la présidentielle par Petro Porochenko, un richissime homme d'affaires sans étiquette, lui aussi favorable à l'orientation européenne de son pays. Dans la perspective des législatives anticipées d'octobre 2014, M. Iatseniouk prend ses distances avec Mme Timochenko et crée sa propre formation, le Front populaire. Le FP - qui milite en faveur d'un « véritable changement pour le pays » et de réformes radicales, spécialement dans les domaines de l'économie et de l'organisation de l'État - arrive en tête des élections législatives anticipées d'octobre 2014 avec 22,17 % des voix, contre 21,81 % pour le Bloc du président Petro Porochenko (une alliance fondée en août pour, comme son nom l'indique, soutenir le président).
À l'issue de cette séquence électorale, la situation est claire. MM. Porochenko et Iatseniouk ont reçu l'onction populaire. Les deux hommes, en poste jusqu'en 2019, peuvent se consacrer à la gestion d'un pays en grand danger. Le nouveau chef de l'État a confirmé M. Iatseniouk à son poste de premier ministre. Le gouvernement - où l'on retrouve les représentants d'une large coalition pro-européenne (2) - doit relever de multiples défis, la crise économique s'ajoutant à l'agression militaire russe. Sceptique sur les chances d'aboutir à un accord de paix avec la Russie de Vladimir Poutine, M. Iatseniouk arpente les capitales occidentales pour …

Sommaire

l'Ukraine face à l'agression russe

Entretien avec Arséni Iatseniouk par Isabelle Lasserre

Russie-Occident : une crise durable

par Arnaud Dubien

MINISTRE SANS FRONTIÈRES

Entretien avec Eka Zguladze par Isabelle Lasserre

Pour une russie sans poutine

Entretien avec Mikhail Kassianov par Grégory Rayko et Isabelle Lasserre

la guerre cachée du Kremlin contre l'Europe

par Francoise Thom

Espagne : le bout du tunnel

Entretien avec Mariano Rajoy par Michel Faure

Catalogne : demain l'indépendance ?

Entretien avec Artur Mas par Michel Faure

Colombie : l'adieu aux armes

Entretien avec Juan Manuel Santos par Marie Delcas

De quoi Daech est-il le nom ?

Entretien avec François Heisbourg par Grégory Rayko

La mÉcanique djihadiste

Entretien avec Olivier Roy par Mikael Guedj

Cuba/Etats-unis : les coulisses d'un rapprochement

par Sara Roumette

Plus jamais

par Serge Sargsyan

2015 : l'année du centenaire du génocide

par François Hollande

Le devoir de mémoire

Entretien avec Nicolas Sarkozy par la Rédaction de Politique Internationale

Prévenir les crimes contre l'humanité

par Edward Nalbadian

« Ils sont tombés »

par Charles Aznavour

Légiférer sur le négationnisme

par Israel Charny

De la spécificité du crime de génocide

Entretien avec Yves Ternon par Natalia Rutkevich

Génocide et destruction partielle du groupe national

par Daniel Feierstein

les génocides de la grande guerre

par Mark Levene

Les « nouveaux crimes » de la Turquie

par William Schabas

Analyse d'un négationnisme d'État

par Geoffrey Robertson

Turquie : les ressorts du déni

par Roger w. Smith

Cent ans de négationnisme

par Ragip Zarakolu

Reconnaître un génocide pour en éviter d'autres

par Yair Auron

Les arméniens et le droit au recours

par Alfred-Maurice de Zayas

Le combat des victimes

par Henry Theriault

Le génocide arménien vu d'Allemagne

par Tessa Hofmann