Chine : totalitarisme et amnésie

n° 163 - Printemps 2019

Plus la Chine dérive vers un contrôle tous azimuts de la société, plus le respect de la vérité historique s'amenuise. Cette dérive, qui va de la manipulation systématique de l'Histoire à la fabrication d'inepties dans la recherche universitaire ou journalistique, est un révélateur du totalitarisme dans lequel s'enfonce chaque jour davantage l'empire de Xi Jinping.


Une série d'anniversaires embarrassants


1919 : l'entrée dans la modernité


En cette année 2019, les autorités de Pékin vont devoir se confronter à une série d'anniversaires tous plus délicats à célébrer les uns que les autres. À commencer par celui du 4 mai 1919, date du début d'un mouvement de protestation qui lança le pays dans la modernité à grand renfort de défilés et de slogans revendiquant l'avènement de « la science » et de « la démocratie ». « La science », pour sortir de l'obscurantisme d'une culture multimillénaire plus ou moins sclérosée, et « la démocratie » pour donner enfin au peuple sa dignité et son mot à dire dans la marche du pays. On oublie trop facilement que la Chine a été la première République démocratique d'Asie, qui a vu le jour grâce à Sun Yatsen en 1911. Le retour à un régime dictatorial sous la houlette de Yuan Shikai, qui parvint à restaurer l'empire à son profit en décembre 1915, fut très mal vécu par la majeure partie de la population. Le mouvement du 4 mai 1919 en est l'une des conséquences. Ce sursaut mené par les élites intellectuelles de l'époque favorisa l'essor du communisme en Chine. Si aujourd'hui les historiens et les citoyens chinois ont l'audace de suggérer que leurs demandes de réformes démocratiques remontent à un siècle, le pouvoir actuel risque de mal le prendre ! Il y a donc fort à parier que l'anniversaire du 4 mai ne mettra l'accent que sur l'un des aspects de ce mouvement : l'émergence d'un groupe d'hommes déterminés à créer le Parti communiste chinois. En effet, le PCC fut créé deux ans plus tard dans la concession française de Shanghai.
Les Chinois avisés - qui, eux, possèdent un goût prononcé pour l'histoire et se souviennent des moindres détails - ont immédiatement pensé à l'épisode de la restauration de Yuan Shikai au moment où Xi Jinping a annoncé, à la veille du renouvellement de son mandat de cinq ans à la présidence du Parti en février 2018, qu'il se libérait de l'obligation de céder la place à son successeur en 2023 ! Autrement dit, Xi Jinping a eu l'audace de se déclarer potentiellement empereur à vie. Quelle fut la réaction du pouvoir lorsque les grommellements de la population se firent trop explicites ? Le nom de Yuan Shikai fut censuré sur Internet !


1949 : la fondation de la République populaire de Chine et ses conséquences


Autre sujet délicat : l'arrivée au pouvoir des communistes en 1949 et l'annonce de la fondation de la République populaire de Chine sur la place Tian'anmen le 1er octobre 1949 se sont accompagnées de slogans séduisants qui …