CUBA, UNE DICTATURE AU QUOTIDIEN

n° 113 - Automne 2006

Pierre Rigoulot - Jesus Zuñiga, vous êtes cubain, journaliste indépendant, et vous avez quitté votre pays il y a quelques mois. Qu'est-ce qui vous amène en France ?
Jesus Zuñiga - J'ai dû fuir mon pays en raison de mes activités de journaliste. On a aussi voulu me faire payer ma participation au livre de Jacobo Machover, Cuba, totalitarisme tropical, dont une version espagnole sous forme de cassette a commencé à circuler à Cuba. Mon départ est l'aboutissement d'une longue série de persécutions qui s'est terminée par un séjour de quelques semaines derrière les barreaux. Apparemment, mes reportages sur les aspects les moins reluisants de la réalité cubaine, comme la corruption, la drogue, la prostitution, les atteintes aux droits de l'homme ou la torture en milieu carcéral, avaient exaspéré le pouvoir. La drogue et la corruption, en particulier, sont des sujets tabous.
P. R. - Vous a-t-on signifié une expulsion en bonne et due forme ?
J. Z. - Un officier supérieur de la Sécurité d'État, « s'exprimant au nom de la plus haute autorité du pays », selon ses propres termes, m'a rappelé qu'il existait une loi n° 88 sur l'indépendance et la souveraineté de Cuba - loi connue parmi les journalistes et les opposants cubains comme la « loi bâillon ». Le choix était clair : soit j'allais croupir en prison pour une vingtaine d'années, soit je partais pour l'exil. Il ne plaisantait pas. D'ailleurs, il m'a fait dire, au moment même où je prenais l'avion, que je n'avais pas intérêt à revenir. La Sécurité s'imaginait peut-être qu'une fois arrivé en France j'allais me taire. C'était un mauvais calcul : j'ai continué à dénoncer la dictature et je continuerai à le faire tant qu'elle restera debout. Les circonstances m'ont probablement servi : le 11 septembre 2006 s'est ouvert à La Havane le sommet des non-alignés et les autorités ne voulaient pas de témoins « désagréables » susceptibles de faire passer à l'extérieur des informations « mettant en danger la sécurité du pays » et pouvant salir l'image de la révolution. Il ne faut surtout pas toucher à la virginité sacrée de la patrie !
P. R. - Cette réunion n'a pas eu autant d'importance que le gouvernement cubain l'a prétendu...
J. Z. - C'est vrai que les non-alignés ont beaucoup moins de poids politique qu'il y a quelques années. Le mouvement n'a plus rien à voir avec ce qu'il était du temps de Tito. Mais il devait y avoir sur place 1 000 ou 1 500 journalistes étrangers. Dans une situation délicate comme celle d'aujourd'hui, avec un Fidel Castro mourant et une crise sociale latente, le pouvoir s'est chargé de faire comprendre à l'opposition qu'elle devait rester tranquille. Deux dissidents ont disparu pendant quelques jours, et les autres ont été fermement priés de ne pas bouger de chez eux. Dans ces conditions, on ne peut que regretter l'attitude de Kofi Annan qui a cru bon de faire le déplacement et de cautionner cette réunion par sa présence, alors …

Sommaire

LENDEMAINS DE GUERRE A BEYROUTH

Entretien avec Amine Gemayel par Sibylle Rizk

QUE VEUT LE HEZBOLLAH?

par Jean-Pierre Perrin

ISRAEL-IRAN:UN CONFLIT ANNONCE

par Frédéric Encel

POLITIQUES ET MILITAIRES EN ISRAEL: QUI COMMANDE?

par Samy Cohen

DEBRIEFING APRES LA BATAILLE

Entretien avec Amihai Ayalon par Patrick Saint-Paul

NEGOCIER A TOUT PRIX

Entretien avec Ephraim Halevy par Emmanuel Halperin

L'IRAK CONTRE VENTS ET MAREES

Entretien avec Abdel Madi par Isabelle Lasserre

QUAND L'ARABIE SAOUDITE S'EVEILLERA

Entretien avec Saad Al-Faqih par Loulouwa Al Rachid

LE CREPUSCULE DU CASTRISME

Entretien avec Huber Matos par Jean-Claude Buhrer

CUBA, UNE DICTATURE AU QUOTIDIEN

Entretien avec Jesus Zuniga par Pierre Rigoulot

LES AMBITIONS DE NEW DELHI

Entretien avec Manmohan Singh par Vaiju Naravane

INDE : LA PUISSANCE, POUR QUOI FAIRE ?

par Christophe Jaffrelot

SUCCESS STORY A L'INDIENNE

Entretien avec Azim Premji par Vaiju Naravane

ANGELA MERKEL : L'EPREUVE DE VERITE

par Jean-Paul Picaper

ALLEMAGNE : LA VOIX DE L'OPPOSITION

Entretien avec Guido Westerwelle par Jean-Paul Picaper

LES HABITS NEUFS DE LA DIPLOMATIE ITALIENNE

Entretien avec Massimo D'alema par Richard Heuzé

LA PASIONARIA DE LA RÉVOLUTION ORANGE

Entretien avec Ioulia Timochenko par Galia Ackerman

IMPASSE DANGEREUSE AU KOSSOVO

par Jean-Arnault Dérens

POUR L'INDEPENDANCE

Entretien avec Agim Ceku par Ilda Mara

TURQUIE-EUROPE : LE DESAMOUR

par Marc Semo

L'IMBROGLIO CHYPRIOTE

Entretien avec Mehmet Ali talat par Jean Catsiapis

ALGERIE : LE FEU SOUS LA CENDRE

par José Garcon