L'ENTREPRISE LA PLUS PUISSANTE DU MONDE...

n° 116 - Été 2007

Alain Guillemoles - Après le démantèlement de l'URSS, la Russie a vu naître de nombreuses compagnies pétrolières... mais une seule compagnie gazière, Gazprom. Pourquoi ?

Alexandre Medvedev - Ce n'est pas exact : il n'y a pas que Gazprom en Russie ! Il y a, aussi, plusieurs compagnies gazières indépendantes qui fonctionnent très bien - je pense, par exemple, à Novatek, Itera, Tsentrrusgaz, Gazenergoresurs ou encore Transnafta. Et la liste n'est pas exhaustive. Entre 2000 et 2006, l'extraction de gaz réalisée par ces producteurs indépendants est passée de 69 milliards de mètres cubes à presque 95 milliards, ce qui représente une progression de plus de 37 %. Ces compagnies vendent leur gaz principalement à de gros consommateurs situés dans des régions de Russie proches des lieux d'extraction : elles leur fournissent près de 43 % du gaz dont ils ont besoin.

A. G. - Dans quelles conditions Gazprom est-il apparu ? Qui l'a créé ?

A. M. - Pour moi, l'apparition de Gazprom remonte à... 1948. Cette année-là, une « Direction générale d'extraction de gaz naturel » a été créée au sein du ministère de l'Industrie pétrolière de l'URSS. Au fil des ans, cette Direction a pris de plus en plus d'importance, au point de devenir, en 1956, un ministère de l'Industrie gazière. En 1989, le ministère est devenu un conglomérat d'État appelé Gazprom, abréviation de Gazovaia Promychlennost (industrie gazière). Le 17 février 1993, le gouvernement de la Fédération de Russie a décidé de transformer ce consortium en une RAO - une société russe par actions - toujours nommée Gazprom. C'est cette date qui a été retenue en tant qu'anniversaire officiel de notre compagnie. Enfin, en 1998, nous sommes devenus une OAO : une société par actions de type ouvert (1).

A. G. - Que pèse Gazprom aujourd'hui, sur le plan russe et mondial ?

A. M. - Les réserves de gaz naturel dont dispose Gazprom sont les plus importantes au monde. Elles représentent 17 % des réserves de la planète et 60 % de celles de la Russie, et sont évaluées à 29,8 trillions de mètres cubes. 20 % du gaz extrait dans le monde et 85 % de celui extrait en Russie le sont par Gazprom. On dit souvent de notre compagnie qu'elle serait la « colonne vertébrale de l'économie russe ».
La base de notre succès, c'est notre intégration verticale. Je m'explique : dans les années 1990, les autorités ont décidé de maintenir Gazprom en tant qu'entité unique, de ne pas la scinder en plusieurs compagnies dont chacune serait chargée d'un secteur spécifique de l'industrie gazière. C'était une décision très sage. Aujourd'hui, le marché mondial de l'énergie est le théâtre d'une concurrence acharnée. Or, grâce à notre concentration de ressources financières, technologiques, intellectuelles, etc., nous parvenons non seulement à résister à cette concurrence mais, aussi, à croître et à diversifier les produits que nous livrons à nos acheteurs : nous élargissons la géographie de nos approvisionnements ; nous développons activement l'énergie électrique ; nous produisons du gaz …