DIPLOMATIE ESPAGNOLE: LA "VOIE ROYALE"

n° 118 - Hiver 2008

Jean-Jacques Lafaye - De 1996 à 2003, vous avez été le représentant de l'Union européenne au Proche-Orient. En 2004, vous êtes rentré à Madrid pour participer au gouvernement de José Luis Rodriguez Zapatero. Qu'est-ce qui vous a décidé à franchir le pas ?

Miguel Angel Moratinos - En 2003, après sept années passées au service diplomatique de l'UE, j'ai retrouvé mon pays économiquement fort mais politiquement, socialement et culturellement crispé. L'Espagne m'est apparue déconnectée des grands enjeux du XXIe siècle. Dans ce contexte léthargique, j'ai été séduit par le projet de José Luis Rodriguez Zapatero, qui souhaitait rendre l'Espagne plus généreuse et plus moderne.

J.-J. L. - La gauche est au pouvoir en Espagne, la droite en France... et pourtant, on constate un certain réchauffement des relations franco-espagnoles. Comment l'expliquer ?

M. A. M. - Nos rapports sont au beau fixe, je vous le confirme. Entre le président Sarkozy et le président du conseil Zapatero, il y a une relation personnelle et politique extraordinaire. Pour l'anecdote, ils ont déclaré qu'il ne leur restait plus qu'à organiser un conseil des ministres conjoint !
Plus sérieusement, j'ai vécu des moments très forts lors de la dernière visite d'État du roi et de la reine d'Espagne à Paris, l'an dernier. Cette visite, qui fut un immense succès, nous a permis de vérifier que tous les secteurs de la société française - hommes politiques, entrepreneurs, personnalités du monde de la culture, etc. - adhéraient profondément à ce lien privilégié. Le Roi est rentré de Paris plus déterminé que jamais à renforcer cette proximité avec la France - une proximité qui s'est amplifiée avec la première visite du président Sarkozy, au printemps dernier : ils ont dîné ensemble et parlé au téléphone à plusieurs reprises.
Je connais bien l'histoire des rapports franco-espagnols : j'ai étudié au lycée français, ma femme est française et je suis considéré comme un « afrancesado » dans la classe politique - ce qui pour moi est une fierté et un honneur. Eh bien, je peux vous dire que si l'opinion publique espagnole a connu par le passé une sorte de complexe à l'égard d'une France prétendument « arrogante », ce complexe s'est à présent complètement dissipé au profit d'une admiration et d'un respect mutuels.

J.-J. L. - Vous venez de mentionner le roi Juan Carlos. Quel rôle joue-t-il dans la vie politique espagnole et, en particulier, dans la diplomatie ?

M. A. M. - Il a joué un rôle déterminant dans l'ouverture de l'Espagne au monde et dans la consolidation du prestige de notre démocratie. Au lendemain de la fin de la dictature, il a été notre ambassadeur sur toute la planète et a rempli ses fonctions avec une ardeur, un savoir-faire et une intelligence uniques. Je voue une immense admiration à Sa Majesté, dont j'ai fait la connaissance bien avant de devenir ministre. Le roi entretient de très bons rapports avec de nombreuses personnalités, non seulement en Europe mais aussi en Afrique du Nord et dans les pays du …

Sommaire

COLOMBIE: LE TEMPS DES OTAGES

Entretien avec Francisco Santos par Pascal Drouhaud

CUBA : LE VRAI VISAGE DE RAUL CASTRO

Entretien avec Brian Latell par Axel Gyldén

POUR UN LIBERALISME DECOMPLEXE

Entretien avec José Maria Aznar par Alexandre Del Valle

DIPLOMATIE ESPAGNOLE: LA "VOIE ROYALE"

Entretien avec Miguel Angel Moratinos par Jean-Jacques Lafaye

ISRAEL: LE CREDO DU GRAND ARGENTIER

Entretien avec Stanley Fischer par Catherine Wajsman et Claire Elmaleh

SYRIE: LE COMBAT DES FRERES MUSULMANS

Entretien avec Ali sadreddin Bayanouni par Gilles Paris

DAMAS: UN REGIME INOXYDABLE?

par Gilles Paris

IRAN: UN RAPPORT EXPLOSIF

par Thérèse Delpech

KOSOVO: L'INDEPENDANCE... ET APRES

Entretien avec Hashim Thaçi par Isabelle Lasserre

LA MACEDOINE A L'HEURE DU KOSOVO

par Jean-Arnault Dérens

RUSSIE: L'IMPASSE TCHETCHENE

par Laurent Vinatier

L'EUROPE MARGINALSEE

par Thomas Gomart

UNION EUROPEENNE: LE DEFI ENERGETIQUE

Entretien avec Andris Piebalgs par Caroline Morange

L'URGENCE CLIMATIQUE

Entretien avec Michel Jarraud par Richard Heuzé

AFRIQUE DU SUD: LA VOIX DE L'OPPOSITION

par Guyonne de Montjou

SOMALILAND: LE SECRET LE MIEUX GARDE D'AFRIQUE

Entretien avec Dahir Rayaale Kahin par Aymeric Chauprade

AUSTRALIE: LE RECENTRAGE

par Xavier Pons

MA SOLUTION POUR LE PROBLEME DE CHYPRE

Entretien avec Tassos Papadopoulos par Alexandre Del Valle et Jean Catsiapis

CHYPRE ET L'EXEMPLE EUROPEEN

par Georges Lillikas

CHYPRE ET LA PRATIQUE EUROPEENNE

par Jean-François Drevet

AU-DELA DU PLAN ANNAN

par Claire Palley

FRANCE-CHYPRE: ENJEUX ET PERSPECTIVES

par Patrick Devedjian

CHYPRE: UNE PUISSANCE MARITIME

par Dirk Fry

UN PATRIMOINE CULTURELEN PERIL

par Michael Jansen

ARCHEOLOGIE: LES RAVAGES DE L'OCCUPATION

par Vassos Karageorghis