IRAN: UN RAPPORT EXPLOSIF

n° 118 - Hiver 2008

e coup d'éclat des services américains
Les services de renseignement ont souvent mis leurs gouvernements en difficulté, qu'il s'agisse de taupes travaillant pour l'ennemi ou de transfuges décidant de révéler des activités secrètes ou des réseaux clandestins. La guerre froide est pleine d'histoires de ce type. C'est l'un des risques du métier dont le meilleur narrateur restera pour la postérité John Le Carré. Mais c'est probablement la première fois que toutes les agences de renseignement d'un pays produisent un document qui risque d'anéantir cinq années d'efforts visant à empêcher le principal adversaire de ce pays d'acquérir l'arme nucléaire. C'est pourtant ce qu'ont fait les seize agences de renseignement américaines avec le rapport du National Intelligence Council (NIC) de novembre 2007 sur l'Iran (1). Le président des États-Unis s'est ainsi trouvé dans une position inédite : celle d'avoir à défendre sa politique contre les conclusions d'un rapport de ses services secrets.
La discrétion est, en principe, la marque de fabrique des services de renseignement (2) mais, outre que cette vertu n'a jamais été la mieux partagée aux États-Unis, la longue controverse sur les éléments retenus par l'administration Bush pour décider l'invasion de l'Irak en mars 2003 l'a transformée en vice. Le rapport de l'automne 2002 sur les armes irakiennes avait ignoré les incertitudes de certaines agences. Celui-ci - sur l'Iran - fait très exactement l'inverse (3).
On y voit d'emblée une revanche du monde de l'ombre, lequel n'a apprécié ni les pressions dont il a été l'objet, ni les longues enquêtes sur ses méthodes, ni la révélation de l'identité de l'un de ses agents (Valerie Plame), ni les restructurations récentes - assez peu convaincantes au demeurant.
Mais ce rapport contredit aussi l'estimation réalisée par les agences de renseignement américaines en 2005, trois ans après l'invasion de l'Irak. L'Iran était alors présenté comme « déterminé à développer des armes nucléaires malgré la pression internationale ». Or, comme on le verra plus loin, la CIA aurait déjà été en possession d'un ordinateur portable appartenant à un ingénieur iranien et prouvant que le régime de Téhéran avait interrompu ses activités de militarisation.
Une affaire énigmatique
L'ironie vient du moment choisi pour commettre cette bourde. Le 30 novembre, le nouveau négociateur iranien, Saïd Jalili (un personnage inflexible et proche du président Ahmadinejad), vient à bout de la patience légendaire de Javier Solana en lui indiquant, à Londres, qu'il fallait désormais « repartir de zéro » et ne tenir aucun compte des discussions qui avaient eu lieu avec son prédécesseur, Ali Larijani, ce qui suffisait conformément à la déclaration des Six du 28 septembre à enclencher immédiatement les travaux sur une troisième résolution. Le lendemain, 1er décembre, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité plus l'Allemagne reprennent donc leurs travaux à Paris pour réfléchir à un nouveau train de sanctions contre l'Iran et à une troisième résolution. Le négociateur américain, Nick Burns, est présent aux entretiens et ne laisse en rien supposer qu'une nouvelle évaluation du renseignement risque de compliquer considérablement l'exercice. De fait, il …

Sommaire

COLOMBIE: LE TEMPS DES OTAGES

Entretien avec Francisco Santos par Pascal Drouhaud

CUBA : LE VRAI VISAGE DE RAUL CASTRO

Entretien avec Brian Latell par Axel Gyldén

POUR UN LIBERALISME DECOMPLEXE

Entretien avec José Maria Aznar par Alexandre Del Valle

DIPLOMATIE ESPAGNOLE: LA "VOIE ROYALE"

Entretien avec Miguel Angel Moratinos par Jean-Jacques Lafaye

ISRAEL: LE CREDO DU GRAND ARGENTIER

Entretien avec Stanley Fischer par Catherine Wajsman et Claire Elmaleh

SYRIE: LE COMBAT DES FRERES MUSULMANS

Entretien avec Ali sadreddin Bayanouni par Gilles Paris

DAMAS: UN REGIME INOXYDABLE?

par Gilles Paris

IRAN: UN RAPPORT EXPLOSIF

par Thérèse Delpech

KOSOVO: L'INDEPENDANCE... ET APRES

Entretien avec Hashim Thaçi par Isabelle Lasserre

LA MACEDOINE A L'HEURE DU KOSOVO

par Jean-Arnault Dérens

RUSSIE: L'IMPASSE TCHETCHENE

par Laurent Vinatier

L'EUROPE MARGINALSEE

par Thomas Gomart

UNION EUROPEENNE: LE DEFI ENERGETIQUE

Entretien avec Andris Piebalgs par Caroline Morange

L'URGENCE CLIMATIQUE

Entretien avec Michel Jarraud par Richard Heuzé

AFRIQUE DU SUD: LA VOIX DE L'OPPOSITION

par Guyonne de Montjou

SOMALILAND: LE SECRET LE MIEUX GARDE D'AFRIQUE

Entretien avec Dahir Rayaale Kahin par Aymeric Chauprade

AUSTRALIE: LE RECENTRAGE

par Xavier Pons

MA SOLUTION POUR LE PROBLEME DE CHYPRE

Entretien avec Tassos Papadopoulos par Alexandre Del Valle et Jean Catsiapis

CHYPRE ET L'EXEMPLE EUROPEEN

par Georges Lillikas

CHYPRE ET LA PRATIQUE EUROPEENNE

par Jean-François Drevet

AU-DELA DU PLAN ANNAN

par Claire Palley

FRANCE-CHYPRE: ENJEUX ET PERSPECTIVES

par Patrick Devedjian

CHYPRE: UNE PUISSANCE MARITIME

par Dirk Fry

UN PATRIMOINE CULTURELEN PERIL

par Michael Jansen

ARCHEOLOGIE: LES RAVAGES DE L'OCCUPATION

par Vassos Karageorghis