ISRAEL: LE CREDO DU GRAND ARGENTIER

n° 118 - Hiver 2008

Claire Elmaleh et Catherine Wajsman - Stanley Fisher, bien au-delà des frontières d'Israël, vous êtes reconnu et apprécié en tant qu'homme et en tant qu'expert. Comment êtes-vous devenu ce que vous êtes aujourd'hui ?

Stanley Fischer - Je dois dire que je me suis, depuis fort longtemps, intéressé à Israël. Après mon baccalauréat, j'ai passé six mois dans un kibboutz, et je suis allé étudier dans un oulpan (1). Ensuite, j'ai enseigné pendant une année sabbatique à l'Université hébraïque de Jérusalem. En 1985, lorsque Israël a entamé son programme de stabilisation, j'étais, aux États-Unis, conseiller économique de George Shultz (2). Grâce à ce poste, j'ai pu suivre de très près ce qui se passait en Israël. Il y a donc longtemps que je connais les principaux acteurs de la vie politique et économique israélienne. Depuis cette époque, j'ai visité Israël fréquemment, je venais au moins deux fois par an. J'ai toujours soutenu Israël. Lorsque l'on m'a proposé ce poste, je me suis dit qu'il s'agissait d'une occasion unique et je l'ai saisie.

C. E. et C. W. - Peut-on dire qu'en acceptant ce poste, vous avez, d'une certaine façon, accompli votre Aliyah ?

S. F. - Mon Aliyah est d'abord une magnifique opportunité qui m'a été offerte sous la forme d'un poste de gouverneur de la Banque centrale d'un merveilleux pays. Le caractère merveilleux de ce pays n'est pas toujours reconnu à l'étranger. Vous n'imaginez pas à quel point les rapports humains entre Israéliens sont exceptionnellement chaleureux et ne sont pas comparables à ce que nous connaissons ailleurs, aux États-Unis par exemple.

C. E. et C. W. - Avez-vous rencontré, dans vos nouvelles fonctions, des obstacles particuliers ?

S. F. - Lorsque je suis arrivé à ce poste, certains, pas trop nombreux heureusement, pensaient qu'il n'était peut-être pas approprié de faire venir un étranger. Ils pensaient qu'il existait certainement quelque part un Israélien - plutôt qu'un Américain - capable d'occuper cette fonction. Mais ces objections se sont tues rapidement. En tout cas, à ma connaissance... Je dois avouer que, au début, l'usage de l'hébreu me posait un problème. Quoi qu'il en soit, je me suis promis que je ne prononcerais aucun discours officiel et que je ne prendrais aucune position publique autrement qu'en hébreu. J'ai respecté cet engagement. Cet obstacle est beaucoup moins handicapant aujourd'hui. Parfois, je pense aux directeurs généraux successifs du Fonds monétaire international qui doivent travailler en anglais, au quotidien. Ce n'est pas toujours simple pour eux...

C. E. et C. W. - Pouvez-vous nous parler des relations entre le gouvernement israélien et le gouverneur de la Banque centrale ? À l'intérieur de l'institution, considérez-vous que le gouverneur a de larges pouvoirs ?

S. F. - Bien sûr. Il est de la prérogative de la Banque centrale et de son gouverneur de fixer les taux d'intérêt. De plus, en Israël, le gouverneur remplit la fonction de conseiller économique du gouvernement et cela est différent, à mon avis, du rôle des gouverneurs des Banques centrales de la plupart …

Sommaire

COLOMBIE: LE TEMPS DES OTAGES

Entretien avec Francisco Santos par Pascal Drouhaud

CUBA : LE VRAI VISAGE DE RAUL CASTRO

Entretien avec Brian Latell par Axel Gyldén

POUR UN LIBERALISME DECOMPLEXE

Entretien avec José Maria Aznar par Alexandre Del Valle

DIPLOMATIE ESPAGNOLE: LA "VOIE ROYALE"

Entretien avec Miguel Angel Moratinos par Jean-Jacques Lafaye

ISRAEL: LE CREDO DU GRAND ARGENTIER

Entretien avec Stanley Fischer par Catherine Wajsman et Claire Elmaleh

SYRIE: LE COMBAT DES FRERES MUSULMANS

Entretien avec Ali sadreddin Bayanouni par Gilles Paris

DAMAS: UN REGIME INOXYDABLE?

par Gilles Paris

IRAN: UN RAPPORT EXPLOSIF

par Thérèse Delpech

KOSOVO: L'INDEPENDANCE... ET APRES

Entretien avec Hashim Thaçi par Isabelle Lasserre

LA MACEDOINE A L'HEURE DU KOSOVO

par Jean-Arnault Dérens

RUSSIE: L'IMPASSE TCHETCHENE

par Laurent Vinatier

L'EUROPE MARGINALSEE

par Thomas Gomart

UNION EUROPEENNE: LE DEFI ENERGETIQUE

Entretien avec Andris Piebalgs par Caroline Morange

L'URGENCE CLIMATIQUE

Entretien avec Michel Jarraud par Richard Heuzé

AFRIQUE DU SUD: LA VOIX DE L'OPPOSITION

par Guyonne de Montjou

SOMALILAND: LE SECRET LE MIEUX GARDE D'AFRIQUE

Entretien avec Dahir Rayaale Kahin par Aymeric Chauprade

AUSTRALIE: LE RECENTRAGE

par Xavier Pons

MA SOLUTION POUR LE PROBLEME DE CHYPRE

Entretien avec Tassos Papadopoulos par Alexandre Del Valle et Jean Catsiapis

CHYPRE ET L'EXEMPLE EUROPEEN

par Georges Lillikas

CHYPRE ET LA PRATIQUE EUROPEENNE

par Jean-François Drevet

AU-DELA DU PLAN ANNAN

par Claire Palley

FRANCE-CHYPRE: ENJEUX ET PERSPECTIVES

par Patrick Devedjian

CHYPRE: UNE PUISSANCE MARITIME

par Dirk Fry

UN PATRIMOINE CULTURELEN PERIL

par Michael Jansen

ARCHEOLOGIE: LES RAVAGES DE L'OCCUPATION

par Vassos Karageorghis