LA FRANCE A TAIWAN

n° 119 - Printemps 2008

La France jouit à Taiwan d'une forte image culturelle et son art de vivre y est très apprécié. Cette image, certes positive mais quelque peu réductrice, ne rend pas compte de l'étendue et du dynamisme des échanges franco-taiwanais dans les domaines économique, culturel, scientifique et éducatif depuis une quinzaine d'années. Le présent article s'efforce de dresser un tableau de la présence française à Taiwan dans ces différents secteurs.Taiwan, 6e partenaire économique de la France en Asie Taiwan est un important partenaire économique pour la France : le 6e en Asie, après la Chine, le Japon, la Corée, Singapour et l'Inde. Avant que le commerce franco-indien ne prenne récemment son essor, New Delhi et Taipei étaient au coude à coude : en 2006, les échanges avec l'Inde atteignaient 5 milliards d'euros contre 4,7 avec Taiwan. S'il peut étonner, compte tenu de la population de l'île (23 millions d'habitants) comparée à celle du géant indien, ce chiffre reflète somme toute les performances des 6e et 22e économies mondiales. Cette densité se retrouve dans les échanges entre Taiwan et l'Union européenne, pour laquelle l'île est un partenaire d'importance comparable, par exemple, au Brésil. Contrairement à une idée reçue, la présence française à Taiwan repose avant tout sur son industrie et non sur ses biens de consommation ou ses produits agroalimentaires : ceux-ci ne représentent respectivement que 15 % et 8 % de nos exportations, alors que les ventes françaises sont constituées en majorité de biens d'équipement (39 % en 2006, mais jusqu'à 50 % en 2005) et de biens intermédiaires (35 % en 2006). L'aéronautique en constitue un élément essentiel, puisque les deux grandes compagnies taiwanaises, China Airlines et Eva Air, ont acheté à elles deux quelque 35 Airbus. China Airlines vient en outre de signer en janvier 2008 un nouveau contrat portant sur l'acquisition de 20 appareils de la gamme A 350, pour un montant catalogue de 4,2 milliards de dollars. Le constructeur européen poursuit, par ailleurs, la campagne de promotion de son nouveau gros-porteur A 380, qui a effectué un vol de démonstration à Taipei en juin 2007. Si l'on s'en tient au critère de la visibilité, c'est le secteur du luxe qui remporte la palme. Les grandes marques françaises sont, en effet, très prisées par les Taiwanais qui figurent parmi leurs meilleurs clients mondiaux. Le vin français connaît également un succès qui ne se dément pas, avec une part de marché supérieure à 50 % ! L'île devrait être un débouché plus important encore pour nos produits agroalimentaires, si un certain nombre de barrières sanitaires et phytosanitaires ne venaient s'opposer à leur importation. Les autres points forts de la France se situent dans la finance (BNP Paribas, Calyon et Société générale), l'environnement (traitement des eaux avec Veolia et des déchets ménagers avec Suez), l'industrie (Air Liquide, Alstom, Alcatel Lucent, Areva, Thalès) et, plus encore, la distribution : à eux deux, les groupes Carrefour et Auchan assurent la moitié de la distribution en hypermarché. L'un des principaux investissements français de ces …