LES AILES DE LA PAIX?

n° 119 - Printemps 2008

À Nicolas Sarkozy, qu'il a rencontré lors de sa visite officielle à Paris en mars dernier, Shimon Pérès a offert un cadeau hautement emblématique : une oliveraie de 36 000 pieds, le chiffre 36 dans la tradition hébraïque signifiant la vie. Il est vrai que Shimon Pérès adore les symboles et la poésie. À 84 ans, égal à lui-même, optimiste et opiniâtre, le président de l'État d'Israël a décidé de reprendre son bâton de pèlerin et d'entamer une tournée mondiale pour prêcher la bonne parole et rêver d'un avenir où enfin deux États, israélien et palestinien, vivraient en paix l'un à côté de l'autre. Il évoque même la construction d'un canal reliant la mer Rouge à la mer Morte afin de transformer le désert en une riante vallée. Au moment où, sous l'impulsion de la France, le projet d'Union méditerranéenne prend forme, un nouveau chapitre de l'histoire d'Israël est peut-être sur le point de s'ouvrir : après soixante ans de guerres et d'assassinats, mais aussi d'espoirs déçus et d'accords avortés, la science, le développement économique et la culture pourraient prendre le pas sur le terrorisme.Pour Politique Internationale Shimon Pérès revient sur ce nouveau pari dans un contexte assombri par la menace iranienne, réaffirmant son attachement à la littérature et à l'écriture, dont Jérusalem et la Méditerranée restent les sublimes inspiratrices.
C. V.

Christiane Vulvert - Monsieur le Président, après sept guerres et deux Intifadas, vous êtes de ceux qui continuent à croire à l'imminence de la paix. Pourtant, jamais la menace iranienne n'a été aussi forte...

Shimon Pérès - L'Iran est un État terroriste qui cherche à imposer à ses voisins arabes une colonisation religieuse. Des pays comme l'Égypte, la Jordanie ou la Syrie en sont parfaitement conscients.
Face à une telle menace, la parade ne peut être qu'économique : cent mille emplois valent mieux que cent mille fusils. Avec l'Égypte, notamment, nous essayons de renforcer l'économie de la région afin d'enrayer le fanatisme. Mais nous devons aussi convaincre le monde entier de ce danger. Je sais que, sur ce sujet, Israël et la France sont sur la même longueur d'onde. Et j'ajoute que les dirigeants israéliens savent gré à Paris de sa fermeté en la matière.

C. V. - Le vote de nouvelles sanctions par le Conseil de sécurité de l'ONU pour contraindre Téhéran à renoncer à son programme nucléaire constitue-t-il une preuve de fermeté ?

S. P. - Par le passé, les sanctions économiques vis-à-vis de la Corée du Nord ou de l'Afrique du Sud ont montré leur efficacité. C'est un problème qui concerne le monde entier. Israël n'est pas le seul pays qui soit à portée des missiles iraniens. Et il suffirait qu'une poignée de terroristes s'équipe d'engins nucléaires pour que le destin de la planète bascule. Cette menace est donc du ressort de la communauté internationale dans son ensemble.

C. V. - Dans ce contexte, comment imaginez-vous le nouveau Proche-Orient ?

S. P. - Désormais, je vous l'ai dit, nous devons raisonner en termes économiques. C'est par la diffusion des hautes technologies que nous parviendrons, à terme, à améliorer le niveau d'éducation général, à diminuer nos efforts de défense et à ouvrir nos pays les uns aux autres.
Il fut un temps où nous pensions que l'agriculture n'était que pluie et larmes : la pluie du paradis et les larmes du fermier. Aujourd'hui, nous savons que ce n'est pas si simple : il ne s'agit pas uniquement de cultiver la terre ; il faut aussi sauvegarder l'environnement, car personne ne peut vivre sur une terre couverte de béton.
Ici, en Israël, nous avons appris qu'avec moins de terre nous pouvions avoir plus de fruits et de légumes. Les vingt-cinq premières années, nous avons multiplié la superficie agricole par dix-sept, et la production dans les mêmes proportions. Mais nous ne voulons pas seulement des produits frais ; nous voulons des paysages verts, une mer bleue et des rivières propres. Nous devons aller plus loin. Si vous me permettez une image un peu poétique, ce que nous devons faire au Proche-Orient, c'est retirer le sel de la mer, le désert de la terre et la violence des gens. Tout cela demande un réel investissement intellectuel et des nerfs solides.

C. V. - Pour le moment, les résultats se font attendre...

S. P. - Vous savez pourquoi ? Parce que les …