NIGERIA : L'OMBRE DE BOKO HARAM

n° 139 - Printemps 2013

Le Nigeria est aujourd'hui engagé aux côtés de la France dans les opérations militaires en cours contre les groupes djihadistes et terroristes du nord du Mali, en terre francophone. C'est un général nigérian, Abdulkadir Shehu, qui commande la MISMA (Mission internationale de soutien au Mali), censée prendre le relais des troupes françaises sous l'égide, pour l'instant, de la Cedeao (Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest) et, peut-être demain, des Nations unies. À l'échelle de l'Afrique, l'événement fait figure de véritable révolution. Pendant longtemps, le Nigeria et la France ont, en effet, entretenu des relations tendues. Au sortir de l'indépendance, le général de Gaulle a d'abord été accusé de vouloir briser l'unité du géant anglophone en soutenant la guerre de sécession du Biafra en 1967-1970. Au milieu des années 1990, l'armée française a ensuite appuyé les troupes camerounaises contre le Nigeria lors de combats sur la frontière disputée de la péninsule pétrolifère de Bakassi. L'heure est donc au rapprochement stratégique entre Paris et Abuja, la capitale fédérale du Nigeria. À défaut d'avoir signé un accord de défense comparable à celui qui lie la France au Cameroun depuis 1974, les deux pays affrontent désormais ensemble les groupes terroristes de la région. L'enlèvement, en février 2013, d'une famille de sept Français dont quatre enfants, revendiqué par la secte Boko Haram, révèle au grand public l'ampleur de la menace islamiste. Présidé depuis 2011 par un chrétien, Goodluck Jonathan, le Nigeria craint que Boko Haram se constitue une base arrière dans le nord du Mali. De fait, il est plus ou moins avéré que, par connivence tactique, des éléments de Boko Haram se sont tournés vers Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) pour former des artificiers et se procurer des armes. Mais, compte tenu des divergences doctrinales qui l'opposent au modèle wahhabite d'Al-Qaïda, il serait étonnant que la secte nigériane fasse acte d'allégeance aux héritiers d'Oussama ben Laden, comme l'ont fait les Shebab de Somalie, le GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) en Algérie ou les combattants d'Aqpa (Al-Qaïda dans la péninsule arabique) au Yémen. Le chef du « canal historique » de Boko Haram, l'« imam » Shekau, a certes exprimé sa solidarité avec les combattants islamistes du nord du Mali, mais il n'a pas clairement annoncé l'ouverture d'un second front en dehors du Nigeria. Les opérations militaires menées dans le nord du Mali n'ont pas non plus permis d'appréhender des combattants nigérians se revendiquant de Boko Haram. Pour l'instant, l'hypothèse d'une coordination stratégique entre la secte et Aqmi reste donc à confirmer. Ciblant exclusivement les chrétiens et les expatriés, le groupe Ansaru, qui est une dissidence de Boko Haram, pourrait en revanche devenir un jour la franchise d'Al-Qaïda au Nigeria. Le fantasme d'une guerre de religions Quelles que soient les spéculations sur ses connexions opérationnelles avec la mouvance djihadiste internationale, l'insurrection de Boko Haram inquiète en fait parce qu'elle se développe dans un pays qui connaît déjà de fortes tensions « religieuses » et qui compte le plus grand nombre …