Les enjeux du financement de l'économie

n° 145 - Hiver 2014

Pour qu'un régime de croissance soit à la hauteur des défis de ce siècle, il doit être inclusif et soutenable. Nous en sommes fort loin, non seulement dans les performances économiques, mais aussi dans les motivations et les moyens d'action des secteurs publics et privés. Parce que la croissance soutenable est essentiellement l'amélioration du bien-être social à travers les générations, elle engage le long terme. Sa réalisation dépend de la qualité des investissements qui seront entrepris. Les projets d'investissement révèlent les choix fondamentaux des sociétés, donc les responsabilités de la finance qui mobilise l'épargne requise pour les financer. Or la finance est tournée vers une création de valeur qui s'exprime monétairement et qui se réalise sur des marchés. L'adéquation entre le rendement du capital financier et les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) par lesquels les investisseurs appréhendent les modèles d'entreprise contribuant à la croissance soutenable ne va pas de soi.


Qu'est-ce qu'un investisseur responsable ?


Un investisseur responsable est un intermédiaire financier qui collecte des montants élevés d'épargne et qui développe des stratégies d'allocation de cette épargne en reconnaissant les interdépendances entre les évaluations financières et non financières participant d'une conception élargie de la richesse des nations. Il en est ainsi parce que ces investisseurs comprennent que les tendances lourdes qui dégradent la vie des sociétés ont des conséquences néfastes à long terme sur le rendement du capital : changement climatique ; rareté des ressources (eau, énergie, terres arables, forêts) ; inégalités gigantesques ; sous-emploi chronique ; vulnérabilités financières ; et, surtout, un doute largement répandu sur la capacité politique à résoudre les problèmes.
La recherche de stratégies visant à soutenir les rendements des actifs en incorporant les enjeux de soutenabilité pose un problème majeur aux investisseurs financiers, car ces stratégies mettent radicalement en question l'hypothèse d'efficience qui guide l'allocation d'actifs selon la doctrine que l'on peut appeler « fondamentalisme du marché ».
Cette hypothèse postule que toute l'information nécessaire à la décision financière est contenue dans le prix présent du marché. La conséquence pour la gestion d'actifs est radicale : le portefeuille optimal est le portefeuille de marché. Les managers doivent se contenter d'une gestion passive qui alloue les actifs conformément aux proportions du marché. Il s'agit donc d'une auto-référence : le marché détermine les prix qui valident l'allocation résultant de choix d'investissement qui suivent ce même marché. Cela conduit aux pratiques de gestion suivantes : benchmarking selon des indices de marché ; recherche de profit à court terme par arbitrage ; mesure du rendement ajusté du risque où le risque se limite à la volatilité du marché.
Les critères ESG en sont exclus parce que leur influence sur l'économie passe en grande partie par des externalités, c'est-à-dire par des interdépendances que les marchés financiers n'évaluent pas. Or les externalités ne sont pas des exceptions. Elles sont dominantes dans les interdépendances environnementales, mais aussi dans les modes de coopération au sein des entreprises et entre ces dernières. Ces modes de coopération constituent des systèmes d'innovation, principales sources …

Sommaire

Israël au cœur des tempêtes

Entretien avec Avigdor Lieberman par Aude Marcovitch et Patrick Wajsman

Gaza : sortir du cycle de la guerre

par Jean-Pierre Filiu

La revanche du califat

par Myriam Benraad

Liban : une nouvelle terre de jihad?

par Sibylle Rizk

Les Kurdes face à leur destin

par Dorothée Schmid

Égypte : Al-Sissi Imperator ?

par Marion Guesnard

Algérie : l'impossible relève

par José Garcon

Moyen-Orient : le grand séisme

Entretien avec Gilles Kepel par Mikaël Guedj

France-Allemagne : les affinités électives

Entretien avec Ursula von der Leyen et Jean-Yves Le Drian

Matteo Renzi, l'homme qui veut changer l'Italie

par Richard Heuzé

Lettonie : les défis européens

Entretien avec Edgars Rinkevics par Antoine Jacob

Moldavie : le désir d'Europe

Entretien avec Iurie Leanca par Régis Genté

Russie : le credo orthodoxe

Entretien avec Konstantin Malofeev par Alexandre Del Valle

Ukraine : les arrière-pensées de Vladimir Poutine

Entretien avec Pavel Felgengauer par Galia Ackerman

Regards croisés sur la FED et la BCE

Entretien avec Edmond Alphandéry par Jean-Pierre Robin

Les enjeux du financement de l'économie

par Michel Aglietta

De l'inconvénient du court-termisme

Entretien avec John Kay par Hugh Wheelan

La collaboration, nouvelle norme pour les investisseurs

par Fiona Reynolds

OCDE : des principes directeurs pour quoi faire ?

Entretien avec Cristina Tebar Less par Mathieu Bouquet

Une transparence à la française

Entretien avec Bertrand Fournier par Michèle Bernard-Royer

L'investissement responsable en Europe

par Anne-Catherine Husson-Traoré

Investissement de long terme : la pratique d'un institutionnel français

Entretien avec Laurent Deborde par la Rédaction de Politique Internationale

Accompagner la compétitivité de long terme des entreprises

par Pascal Lagarde

L'exemple du fonds souverain norvégien

Entretien avec Siv Jensen par Antoine Jacob

Fonds de pension et gestion durable

Entretien avec Jaap van Dam par Hugh Wheelan