L'investissement responsable en Europe

n° 145 - Hiver 2014

Le poids des investisseurs institutionnels dans l'économie européenne est proportionnel à la taille de leurs encours : colossal. Les fonds de pension, les assureurs, les banques ou les mutuelles à la française, mais aussi les fondations ou les Églises ne constituent pas un groupe homogène partageant les mêmes valeurs et les mêmes stratégies d'investissement. Pourtant, un mouvement se dessine depuis dix ans autour de l'investissement responsable. Il rassemble les acteurs financiers qui ont pris conscience de la nécessité d'intégrer à leurs choix d'investissement des dimensions comme le changement climatique ou le respect des droits de l'homme. Si l'on reconnaît les investisseurs responsables au fait qu'ils adhèrent aux Principes pour l'investissement responsable (PRI) des Nations unies, ils empruntent souvent des itinéraires différents, en fonction de leur culture, de leurs priorités et du contexte auquel ils sont confrontés.
Les débuts de l'ISR
L'histoire de l'investissement responsable moderne est née dans les années 1990 lorsque des investisseurs institutionnels ont pris conscience que leurs placements financiers pouvaient être en contradiction avec les valeurs qu'ils affichaient. Les moteurs de cette prise de conscience ainsi que la catégorie d'acteurs financiers engagés diffèrent selon les régions européennes. On peut, schématiquement, les classer de la façon suivante.
En Europe du Nord, l'accent a été mis sur une approche éthique excluant les entreprises controversées et les secteurs considérés comme problématiques, à l'image du nucléaire ou de l'armement. Au Royaume-Uni, les investisseurs ont surtout mis en oeuvre des politiques d'engagement actionnarial consistant à dialoguer avec les entreprises afin qu'elles améliorent leur management sur des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). En Allemagne, la dimension environnementale a été privilégiée, tandis qu'en France a prospéré une approche généraliste dite « best in class » visant à sélectionner les entreprises les mieux notées sur la base d'une large batterie de critères ESG. Partout, le mouvement est animé par quelques investisseurs institutionnels pionniers qui entraînent leurs pairs pour impulser des changements de paradigme.
Depuis 2008, Novethic interroge une fois par an plus d'une centaine d'investisseurs institutionnels européens sur l'intégration des critères ESG dans leurs métiers. D'année en année, ces enquêtes montrent une meilleure compréhension de l'intérêt que cette approche présente en termes de prévention des risques de long terme et une connaissance plus approfondie des mécanismes qu'elle met en oeuvre.
On distingue trois grandes techniques d'investissement responsable : la sélection des entreprises les plus vertueuses sur des critères ESG tous secteurs confondus ; l'exclusion des secteurs ou des entreprises les plus problématiques ; et l'engagement actionnarial, qui consiste à faire pression sur le management des entreprises pour qu'elles améliorent leurs pratiques. Depuis deux ou trois ans, on voit apparaître en Europe un groupe d'investisseurs engagés qui combinent ces diverses techniques afin d'obtenir des résultats plus tangibles sur les entreprises.
Les pratiques d'intégration des critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) des investisseurs institutionnels européens (enquête réalisée auprès de 165 investisseurs dans 12 pays)
< Image : Traore-graph-1.eps >
Source : Stratégie ESG des institutionnels européens. De la théorie à la pratique. Enquête 2013. …

Sommaire

Israël au cœur des tempêtes

Entretien avec Avigdor Lieberman par Aude Marcovitch et Patrick Wajsman

Gaza : sortir du cycle de la guerre

par Jean-Pierre Filiu

La revanche du califat

par Myriam Benraad

Liban : une nouvelle terre de jihad?

par Sibylle Rizk

Les Kurdes face à leur destin

par Dorothée Schmid

Égypte : Al-Sissi Imperator ?

par Marion Guesnard

Algérie : l'impossible relève

par José Garcon

Moyen-Orient : le grand séisme

Entretien avec Gilles Kepel par Mikaël Guedj

France-Allemagne : les affinités électives

Entretien avec Ursula von der Leyen et Jean-Yves Le Drian

Matteo Renzi, l'homme qui veut changer l'Italie

par Richard Heuzé

Lettonie : les défis européens

Entretien avec Edgars Rinkevics par Antoine Jacob

Moldavie : le désir d'Europe

Entretien avec Iurie Leanca par Régis Genté

Russie : le credo orthodoxe

Entretien avec Konstantin Malofeev par Alexandre Del Valle

Ukraine : les arrière-pensées de Vladimir Poutine

Entretien avec Pavel Felgengauer par Galia Ackerman

Regards croisés sur la FED et la BCE

Entretien avec Edmond Alphandéry par Jean-Pierre Robin

Les enjeux du financement de l'économie

par Michel Aglietta

De l'inconvénient du court-termisme

Entretien avec John Kay par Hugh Wheelan

La collaboration, nouvelle norme pour les investisseurs

par Fiona Reynolds

OCDE : des principes directeurs pour quoi faire ?

Entretien avec Cristina Tebar Less par Mathieu Bouquet

Une transparence à la française

Entretien avec Bertrand Fournier par Michèle Bernard-Royer

L'investissement responsable en Europe

par Anne-Catherine Husson-Traoré

Investissement de long terme : la pratique d'un institutionnel français

Entretien avec Laurent Deborde par la Rédaction de Politique Internationale

Accompagner la compétitivité de long terme des entreprises

par Pascal Lagarde

L'exemple du fonds souverain norvégien

Entretien avec Siv Jensen par Antoine Jacob

Fonds de pension et gestion durable

Entretien avec Jaap van Dam par Hugh Wheelan