Ukraine : d'une révolution à l'autre

n° 152 - Été 2016

En 2005, quand le président ukrainien Viktor Iouchtchenko lui propose le portefeuille de l'Intérieur, Iouriy Loutsenko ne pose qu'une seule question : « Pourrai-je jurer et débiter des insanités dans mon bureau de ministre ? » Interloqué, le chef de l'État lui répond par la négative. Iouriy Loutsenko accepte alors le poste. À 40 ans, il devient le premier civil de l'Ukraine indépendante à occuper cette fonction. « Mon père m'a appris à relever des défis qui semblent impossibles », commente-t-il, le sourire aux lèvres. De fait, l'homme est connu pour son langage coloré.
Originaire de Rivne, dans l'ouest du pays, Iouriy Loutsenko, physicien de formation, est une figure incontournable de la vie publique ukrainienne depuis la fin des années 1990. À l'époque, en tant que chef de file de l'aile sociale-démocrate du Parti socialiste d'Ukraine, il joue un rôle majeur dans la campagne nationale « L'Ukraine sans Koutchma » qui visait à évincer le président autoritaire Léonid Koutchma, au pouvoir depuis 1994. C'est chose faite début 2005, après la mobilisation populaire sans précédent de la « Révolution orange ». À force de se casser la voix en arpentant la scène érigée sur la place Maïdan Nezalejnosti, aux côtés de Viktor Iouchtchenko et de l'emblématique Ioulia Timochenko, Iouriy Loutsenko appose sa marque sur la Révolution. Dès le départ, son engagement répond à des objectifs clairs : débarrasser définitivement l'Ukraine des tares héritées de la période soviétique et, à terme, favoriser l'entrée du pays dans l'Union européenne.
À son grand dam, cette oeuvre est à peine amorcée sous l'ère Iouchtchenko (2005-2010). La nouvelle équipe estampillée « orange » se révèle paralysée par des scandales à répétition (1) et par les cruelles rivalités qui se font jour au sein de l'équipe dirigeante, sur fond de graves difficultés économiques. Dans ce contexte, Iouriy Loutsenko, chargé en sa qualité de ministre de l'Intérieur de la tâche herculéenne qui consiste à restructurer une police pléthorique, inefficace et corrompue, ne peut guère se prévaloir de résultats probants. Il y perd sa crédibilité en tant que réformateur. En outre, l'homme est empêtré dans les jeux politiciens... et se rend coupable de quelques écarts de comportement qui assombrissent son image. Épisode particulièrement embarrassant : en mai 2009, il est interpellé à l'aéroport allemand de Francfort en état d'ébriété avancé. Son tempérament de bon vivant et son franc-parler, autrefois ses atouts, deviennent ses faiblesses. La popularité qu'il s'est forgée lors de la Révolution orange fond rapidement.
C'est donc dans l'indifférence de l'opinion publique que Iouriy Loutsenko se retrouve sur le banc des accusés, en décembre 2010, peu après l'élection du controversé Viktor Ianoukovitch à la présidence. L'ancien ministre de l'Intérieur est condamné à quatre ans de prison pour fraude fiscale et abus de pouvoir. Il faut attendre l'arrestation de Ioulia Timochenko, en août 2011, et son procès très politisé, pour comprendre que les deux « Orangistes » sont avant tout victimes d'une persécution politique orchestrée par le nouveau régime autoritaire. Iouriy Loutsenko devient alors, à la fois pour l'opposition politique et pour les observateurs occidentaux, l'un des symboles de l'étau de fer qui enserre l'Ukraine. Jusqu'à sa libération surprise, en avril 2013, par l'effet d'une grâce présidentielle inattendue, et inexpliquée à ce jour. À l'en croire, son passage en prison lui a beaucoup appris. Derrière les barreaux, il décide que, à sa sortie, il ne commettra plus les mêmes erreurs.
Quelques mois après sa libération, l'occasion se présente de mettre ses bonnes intentions en pratique. Iouriy Loutsenko se montre très actif lors des manifestations citoyennes de l'hiver 2013-2014 qui débouchent sur la « Révolution de la Dignité ». Comme en 2005, il « se rend disponible » pour la politique. S'il se targue d'être parfaitement indépendant, il se rallie néanmoins à Petro Porochenko, élu président en juin 2014, qui en fait son conseiller et le chef de son groupe parlementaire (le « Bloc de Petro Porochenko ») à la Rada (2). À ce poste, il affiche une fidélité sans faille envers le chef de l'État. C'est cette combinaison d'indépendance dans le ton et de loyauté dans l'action qui incite M. Porochenko à le nommer Procureur général, le 12 mai 2016 - et cela, même s'il ne dispose pas des qualifications juridiques normalement requises pour occuper une telle fonction. La controverse fait rage, dans un pays où le Bureau du Procureur a constamment été utilisé comme un bras armé de la présidence, afin d'intimider, de persécuter ou d'emprisonner les adversaires du pouvoir en place. Après les abus remarqués de son prédécesseur, Viktor Chokine, de nombreuses voix dans la société civile doutent de la capacité de Iouriy Loutsenko à s'affranchir des consignes de Petro Porochenko. Le nouveau Procureur général affirme néanmoins que, s'il a accepté cette nomination, ce n'est pas par ambition personnelle : son obsession est de faire tout ce qui est en son pouvoir pour aider l'Ukraine à surmonter les nombreuses difficultés qu'elle rencontre actuellement et à ne pas répéter l'échec cuisant de la Révolution orange.
S. G.

Sébastien Gobert - Monsieur Loutsenko, j'aimerais commencer cet entretien par une question personnelle. Que faites-vous encore ici, à Kiev, au premier plan de la politique ukrainienne ? Depuis votre entrée dans la vie publique, au tournant des années 2000, vous avez vécu nombre d'épreuves, d'humiliations et de frustrations. N'avez-vous jamais eu envie de tourner définitivement la page?
Iouriy Loutsenko - Je ne me suis jamais découragé. J'ai été molesté, mais jamais brisé. Ne pas abandonner, telle est ma devise. J'ai toujours en tête ces mots d'Erich Maria Remarque : « Le plus terrible, ce serait de ne rien espérer. »
S. G. - Précisément, qu'espérez-vous aujourd'hui ?
I. L. - J'ai deux rêves principaux. Le premier, c'est de devenir membre du Parlement européen. Pas pour assouvir une ambition personnelle ; mais, tout simplement, parce que si j'étais député européen, cela signifierait que l'Ukraine est membre de l'UE ! La première étape, sur ce long chemin, ce sera l'abolition du régime de visas Schengen pour les Ukrainiens, que l'on espère prochaine. Pour moi et pour des millions de mes compatriotes, cette décision est synonyme de retour dans la « maison Europe », après 350 ans de captivité.
Mon deuxième rêve est encore plus ambitieux. C'est d'en finir une bonne fois pour toutes avec le paternalisme soviétique, cette habitude que les gens ont prise de ne s'en remettre qu'à la hiérarchie, sans avoir à se prendre en main. Cela a brisé la colonne vertébrale du caractère national ukrainien. Aujourd'hui, malgré les épreuves, malgré les frustrations, malgré les luttes internes à la Rada et, en particulier, au sein du « Bloc de Petro Porochenko » (3), je continue de faire ce que je crois juste, ce en quoi je crois.
Parallèlement à mes objectifs personnels, je souhaite que l'Ukraine gagne les trois guerres qu'elle mène actuellement de front : celle contre la Russie ; celle contre les oligarques (4) ; et celle contre la corruption.
Vous m'avez demandé si je n'étais pas tenté d'abandonner la politique ; ma réponse, c'est que je ne peux pas rester chez moi et ignorer les fléaux qui affectent mon pays. En 2014, aux alentours de la date anniversaire de l'indépendance de l'Ukraine, le 24 août, mon fils aîné m'a annoncé qu'il s'était porté volontaire pour rejoindre l'armée. Or il est de notoriété publique qu'il est invalide de deuxième catégorie, après un long traitement contre un cancer. Dès lors, une question s'impose : comment est-il possible que des responsables de nos forces armées aient pu accepter qu'il parte pour le front ? Eh bien, il me l'a expliqué : il a donné 100 dollars à un médecin pour obtenir un certificat indiquant qu'il était en bonne santé et apte au combat, et 100 dollars à l'officier militaire qui a signé l'acte d'enrôlement ! Pour l'anecdote, l'officier lui a rendu les 100 dollars une fois qu'il a découvert quel était son nom de famille... Et mon fils est allé se battre. En tant que simple artilleur, il a défendu …