Quels scénarios pour la Russie ?

n° 153 - Automne 2016

À la veille du 25e anniversaire de l'effondrement de l'Union soviétique, la Russie se trouve de nouveau à un tournant. Elle va devoir effectuer, dans les mois à venir, des choix en matière économique et politique qui détermineront la trajectoire qu'elle empruntera lors du probable quatrième mandat de Vladimir Poutine (qui devrait démarrer en 2018 pour une période de six ans). En d'autres termes, ce qui se joue en ce moment à Moscou est ni plus ni moins que le visage et la place de la Russie à l'horizon 2025. La lame de fond conservatrice à l'oeuvre depuis l'hiver 2012 va-t-elle retomber ou au contraire se poursuivre ? Quel est le profil de la nouvelle génération de dirigeants que le président russe a promus à la place de ses compagnons du KGB ? Les rapports de forces au sein des élites russes peuvent-ils évoluer à moyen terme ? Alors que plane le spectre de la stagnation économique, doit-on s'attendre à des réformes structurelles ? Le cycle de confrontation avec l'Occident, ouvert avec la crise ukrainienne début 2014, est-il susceptible de se clore ou a-t-il vocation à durer jusqu'à la fin de la présidence Poutine ?


Comment Vladimir Poutine rebat les cartes


S'il est entré au Kremlin le 31 décembre 1999, Vladimir Poutine n'a véritablement pris le pouvoir en Russie qu'au printemps 2004. Tout au long de son premier mandat, il a en effet dû composer avec les élites eltsiniennes - à savoir la « famille », les barons régionaux et les oligarques de la première vague. Le déclenchement de l'affaire Ioukos, à l'été 2003, est le signe avant-coureur d'un glissement du centre de gravité de la politique russe. Les élections législatives qui se tiennent à la fin de la même année confirment ce processus et permettent à Vladimir Poutine d'exercer une mainmise totale sur le pays alors qu'elle n'était que partielle. Dès lors, le locataire du Kremlin va s'employer à mettre en place sa « verticale du pouvoir ». Entre 2004 et 2008, il nomme des dizaines d'hommes de confiance aux postes clés de l'appareil d'État et de l'économie. Le président russe fait appel à des amis qu'il a fréquentés au cours de trois périodes distinctes de sa carrière professionnelle : KGB de Léningrad (1975-1984), Allemagne de l'Est (1985-1990) et mairie de Saint-Pétersbourg (1991-1996).
Ce à quoi l'on assiste actuellement est l'éviction d'une partie des « amis de trente ans » de Vladimir Poutine au profit d'une nouvelle génération de responsables qui accompagneront le président russe jusqu'en 2024 et gouverneront, en principe, le pays après lui. Ce processus a débuté à l'été 2015 ; il va se poursuivre jusqu'au printemps 2018, date prévue des prochaines élections présidentielles. Trois épisodes survenus récemment illustrent les mouvements tectoniques en cours à Moscou.
La mise à l'écart de trois « éléphants »
En août 2015, Vladimir Iakounine, patron des chemins de fer russes (RZD), était poussé vers la sortie. Né en 1948, ancien agent du renseignement extérieur soviétique en poste à l'ONU à la …

Sommaire

L'ennemi numéro un du Kremlin

Entretien avec Alexeï Navalny par Natalia Rutkevich

Quels scénarios pour la Russie ?

par Arnaud Dubien

Monténégro : cap sur l'Otan

Entretien avec Milo Djukanovic par Isabelle Lasserre

Vers un Brexit « dur »

par Eric Albert

Le désarroi européen

Entretien avec Luuk van Middelaar par Baudouin Bollaert

Albion et la « Belle au bois dormant »

Entretien avec Jean-Louis Bourlanges par Baudouin Bollaert

L'Espagne dans la tourmente

Entretien avec Felipe Gonzalez par Mathieu de Taillac

Allemagne : pour une démocratie pugnace

Entretien avec Thomas de Maizière par Jean-Paul Picaper

L'ombre de la Stasi

Entretien avec Roland Jahn par Jean-Paul Picaper

Au coeur de la DGSE

Entretien avec Bernard Bajolet par Thomas Hofnung

Renseignement : la touche britannique

Entretien avec Richard Dearlove par Brigitte Adès

La fin du secret international ?

par Sébastien-Yves Laurent

Diabolique NSA ?

par Claude Delesse

États-Unis : le pays des paradoxes

par Anne Toulouse

Turquie : un coup d'État providentiel

par Marc Semo

Le testament d'un géant

Entretien avec Shimon Peres par Aude Marcovitch

Thaïlande : une transition si compliquée...

Entretien avec Abhisit Vejjajiva par Arnaud Dubus

La nouvelle route de la soie

par Christian Dargnat

Quand la chine se réformera...

Entretien avec Jean-Luc Domenach par Mathieu Bouquet

Kim Jong-un ou la stratégie d'Érostrate

par Pascal Dayez-Burgeon

Les grands et l'espace

Entretien avec Isabelle Sourbès-Verger par Philippe Grangereau

La présidence Trump commence

par Guy Millière