Vers un Brexit « dur »

n° 153 - Automne 2016

Quatre mois après le vote en faveur du Brexit, le Royaume-Uni demeure dans un état d'impréparation totale. Si les Britanniques ont exprimé clairement leur volonté de sortir de l'Union européenne, ils ont en revanche laissé planer un flou complet sur le modèle alternatif qu'ils souhaitaient mettre en place. Petit à petit, l'immensité de la tâche et les contradictions internes de la campagne du Brexit apparaissent au grand jour. Theresa May, la nouvelle première ministre, fait face à une montagne de difficultés, qui ne peuvent que s'aggraver au fur et à mesure que sa popularité s'effritera.
La majorité des Britanniques voudraient rester dans le marché unique européen tout en réduisant l'immigration venant d'Europe. Or l'UE a toujours été claire : le marché unique va de pair avec la libre circulation des personnes. Impossible d'avoir l'un sans l'autre. Londres va donc devoir trancher : l'intérêt de l'économie ou le contrôle de l'immigration ; la volonté des élites ou celle du grand public ; le Brexit « doux » ou le Brexit « dur ». « Le problème est que les Britanniques ne sont pas conscients de ce choix », lâche en privé un ministre qui a fait campagne pour rester dans l'UE.
Les premières tendances se dessinent pourtant. À la conférence du Parti conservateur, début octobre, Theresa May a dévoilé sa principale orientation : à choisir, elle penche plutôt pour le Brexit « dur », laisse-t-elle entendre. Tout en rejetant la « dichotomie » entre immigration et économie, elle se montre nettement plus ferme sur la première que sur la seconde. « Nous allons décider nous-mêmes comment nous contrôlerons l'immigration. (...) Nous ne quittons pas l'Union européenne pour lui abandonner à nouveau le contrôle de l'immigration. » Autre annonce très importante : elle refuse la juridiction de la Cour européenne de justice (CEJ), qui tranche notamment les différends entre les Vingt-Huit. « Nous ne partons pas [de l'UE] pour revenir à la juridiction de la Cour européenne de justice. » Dès lors que ces deux lignes rouges sont clairement tracées, une sortie du marché unique semble inéluctable.

Brouillard à l'horizon

À la surprise générale, Theresa May s'est imposée assez rapidement en juillet 2016 à la tête des conservateurs, remplaçant ainsi David Cameron au 10 Downing Street. Au lendemain du vote, la logique aurait voulu qu'un Brexiter l'emportât. Mais l'ancienne ministre de l'Intérieur, qui avait fait campagne du bout des lèvres pour le maintien dans l'UE, est apparue comme un bon compromis politique : eurosceptique sans être europhobe, femme de dossiers sérieuse et travailleuse, sachant arbitrer si nécessaire... Et surtout, elle est beaucoup plus sûre et plus calme que le bouillonnant Boris Johnson, le grand leader du camp du Brexit, aussi imprévisible qu'explosif.
Theresa May n'en sait néanmoins que bien peu sur la direction à suivre. Son premier geste a été de créer deux nouveaux ministères : celui de la sortie de l'UE, surnommé « ministère du Brexit », et celui du Commerce international, en charge de négocier de nouveaux accords de libre-échange …

Sommaire

L'ennemi numéro un du Kremlin

Entretien avec Alexeï Navalny par Natalia Rutkevich

Quels scénarios pour la Russie ?

par Arnaud Dubien

Monténégro : cap sur l'Otan

Entretien avec Milo Djukanovic par Isabelle Lasserre

Vers un Brexit « dur »

par Eric Albert

Le désarroi européen

Entretien avec Luuk van Middelaar par Baudouin Bollaert

Albion et la « Belle au bois dormant »

Entretien avec Jean-Louis Bourlanges par Baudouin Bollaert

L'Espagne dans la tourmente

Entretien avec Felipe Gonzalez par Mathieu de Taillac

Allemagne : pour une démocratie pugnace

Entretien avec Thomas de Maizière par Jean-Paul Picaper

L'ombre de la Stasi

Entretien avec Roland Jahn par Jean-Paul Picaper

Au coeur de la DGSE

Entretien avec Bernard Bajolet par Thomas Hofnung

Renseignement : la touche britannique

Entretien avec Richard Dearlove par Brigitte Adès

La fin du secret international ?

par Sébastien-Yves Laurent

Diabolique NSA ?

par Claude Delesse

États-Unis : le pays des paradoxes

par Anne Toulouse

Turquie : un coup d'État providentiel

par Marc Semo

Le testament d'un géant

Entretien avec Shimon Peres par Aude Marcovitch

Thaïlande : une transition si compliquée...

Entretien avec Abhisit Vejjajiva par Arnaud Dubus

La nouvelle route de la soie

par Christian Dargnat

Quand la chine se réformera...

Entretien avec Jean-Luc Domenach par Mathieu Bouquet

Kim Jong-un ou la stratégie d'Érostrate

par Pascal Dayez-Burgeon

Les grands et l'espace

Entretien avec Isabelle Sourbès-Verger par Philippe Grangereau

La présidence Trump commence

par Guy Millière