Il n'y aura pas de monde d’après

n° 168 - Été 2020

La pandémie de Covid-19 qui a déjà causé la mort de centaines de milliers de personnes et porté un coup d’arrêt brutal à l’économie mondiale n’est pas due à un défaut d’anticipation. La communauté stratégique avait prévu ce scénario depuis une quinzaine
d’années — c’est-à-dire depuis l’alerte qu’avait constitué l’épidémie de SRAS en 2002-2004 — et parfois de façon très précise, comme dans ce rapport du National Intelligence Council américain qui, en 2008, envisageait une pandémie causée par « l’émergence d’une maladie respiratoire virulente, nouvelle et très contagieuse contre laquelle il n’y aurait pas de traitement » et qui serait née dans une zone « à forte densité et où il y a une proximité entre humains et animaux, comme dans certains endroits de Chine » (1). Au même moment, en France, le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale consacrait plus d’une page au scénario d’une « pandémie massive à forte létalité » et jugeait « plausible » son apparition dans « les quinze années à venir » (2).

Contrairement à ce qui a pu être dit (3), cette crise n’est donc pas un échec du renseignement, mais une preuve de sa capacité d’anticipation. Elle est, en revanche, un échec de sa prise en compte politique ; un problème de connexion entre, d’un côté, les services, les instituts de recherche, les think tanks qui avaient correctement anticipé et, de l’autre, les décideurs qui ont malgré tout sous-estimé le potentiel du risque sanitaire. Ce problème, dit du « intelligence-policy nexus » (4), consiste à trouver le bon réglage, en termes de distance et d’articulation, entre ces deux communautés. Cette jonction stratégique devrait faire l’objet dans les prochains mois et les prochaines années d’une attention particulière (5).

En attendant, la plupart des analyses du choc que nous traversons sont normatives : un déluge de tribunes de personnalités diverses disent ce qu’il aurait fallu faire avant, ce qu’il faudrait faire maintenant ou ce que « le monde d’après » devrait être. Incantatoires, elles appellent à un « nouveau monde », à « se réinventer », à « complètement repenser » la mondialisation, la sécurité, le vivre ensemble. Savoir ce vers quoi il faudrait tendre dans un monde idéal est important, car il faut bien des objectifs pour guider l’action. Mais il faut aussi savoir ce vers quoi nous tendons dans un monde non idéal, indépendamment de nos préférences. Les deux sont complémentaires, puisqu’il est possible de décrire le monde tel qu’il est (ou qu’il est le plus probable qu’il soit) tout en souhaitant qu’il puisse être autrement (6). Cet article se limite toutefois à une seule question : quel sera l’effet probable de la pandémie sur l’ordre international tel qu’il existe aujourd’hui ?

Si l’on écarte d’emblée le déni, selon lequel la pandémie ne changera strictement rien, deux thèses principales s’opposent. Selon les uns, la pandémie est un tournant : elle « modifiera à jamais l’ordre mondial », écrit Henry Kissinger, qui croit savoir qu’« après le coronavirus, le monde ne sera jamais plus comme avant  » (7). L’histoire du monde est désormais coupée en deux, renchérit Thomas Friedman : le monde d’avant le coronavirus, et celui d’après (8). Dans le même esprit, Joschka Fischer compare la pandémie à …

Sommaire

La solidarité, maître-mot de la réponse européenne à la crise

par Thierry Breton

Les gagnants et les perdants

Entretien avec Pierre de Villiers par Isabelle Lasserre

La somme de toutes les crises

par Jean-Michel Quatrepoint

Après la crise : débrancher l’Europe fantôme

Entretien avec Daniel Rondeau

Covid-19 : des leaders aux pieds d'argile

par Jean-François Copé

Relocalisation et découplage

Entretien avec François Heisbourg par Grégory Rayko

La France et l’Europe au défi des nouvelles menaces

Entretien avec Maurice Gourdault-Montagne par François Clemenceau

Il n'y aura pas de monde d’après

par Jean-Baptiste Jeangène Vilmer

La Chine au révélateur de l’épidémie

par Marie Holzman

Les nouveaux outils numériques de la dictature chinoise

par Alain Wang

Suède : plaidoyer pour stratégie controversée

Entretien avec Ann Linde par Antoine Jacob

Italie : la voix des patriotes

Entretien avec Giorgia Meloni par Richard Heuzé

Réunification de l’Irlande : un effet collatéral du Brexit ?

par Pierre Joannon

La présidentielle américaine dans la tourmente

par Jean-Eric Branaa

D’Obama à Trump : du bon usage de la force

Entretien avec James Rubin par Maurin Picard

Netanyahou l’insubmersible

par Frédéric Encel

Si tous les musulmans du monde…

Entretien avec Mohammed al-Issa par Jean-Pierre Perrin

Arabie saoudite : au-delà du pétrole et du salafisme

Entretien avec Gilles Kepel par Jean-Pierre Perrin

Liban : le spectre de la double faillite

Entretien avec Karim Daher par Sibylle Rizk