De l’utilité des crises

n° 170 - Hiver 2021

Bruno Tertrais Certains observateurs estiment que l’arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche n’aura pas d’incidence notable sur la relation transatlantique. En faites-vous partie ?

Bernard Cazeneuve — Considérer que la relation entre l’Europe et les États-Unis ne changera pas après l’avènement de Joe Biden nous renvoie à la question de savoir pourquoi nous avons été si nombreux à souhaiter sa victoire et le départ de Donald Trump. Pourquoi avoir espéré à ce point une alternance si les Américains, le monde et nous-mêmes ne pouvons rien en attendre ? En fait, si nous avons été en opposition avec certaines décisions prises par Trump, comme sa dénonciation unilatérale du JCPOA sur l’Iran ou de l’accord de Paris sur le climat, c’est bien parce qu’il y a eu une rupture entre la politique conduite par son administration et celle qui prévalait sous la précédente. J’ajouterai à ces griefs la volonté des États-Unis d’imposer de façon unilatérale la force de leur droit, par-delà leurs frontières. Or l’extraterritorialité du droit américain est un véritable danger pour l’Europe, pour ses industries, pour ses services, pour sa liberté de choix diplomatique également, comme en a récemment témoigné le traitement du dossier iranien ayant conduit au départ de la plupart des grands groupes européens de Téhéran (1).

Il nous appartient donc d’essayer de construire avec les États-Unis un ordre mondial qui soit davantage conforme à ce que les humanistes occidentaux, épris de démocratie, d’équilibre, de respect des libertés, peuvent souhaiter. Je pense évidemment aux nouveaux défis planétaires auxquels aucune véritable réponse ne pourra être apportée sans y associer les États-Unis : l’urgence climatique, la cybercriminalité ou la nécessaire régulation de l’Internet. Mais il en va aussi des enjeux plus traditionnels de notre sécurité collective.

B. T.Peut-on envisager une refondation de la relation euro-atlantique ?

B. C. — C’est possible à condition que l’Europe soit capable de prendre en main son propre destin dans un certain nombre de domaines, comme la politique étrangère ou la politique de défense. Cela dépendra notamment de notre capacité à maintenir une relation sur les questions de sécurité et de défense avec le Royaume-Uni, auquel nous lient les accords de Lancaster House (2). Ces accords ne sont pas rien. Ils engagent les deux puissances nucléaires du continent européen. Pour cette raison, la France a un rôle particulier à jouer : celui de trait d’union entre l’Allemagne et le Royaume-Uni, dans un contexte où rien ne peut se faire en matière de politique de défense, en Europe, sans le renforcement et l’approfondissement de la relation franco-allemande, et où rien ne peut se faire non plus en termes de dynamisation du lien euro-atlantique sans le maintien du lien avec le Royaume-Uni. J’espère sincèrement que le président de la République profitera de l’élection de Joe Biden pour sortir du constat de la « mort clinique » de l’Alliance atlantique (3). Il lui faut, à présent, aller plus loin. Il lui faut définir les modalités d’une refondation de l’Alliance, en rapport avec le projet européen et dans le cadre d’une nouvelle relation avec le …

Sommaire

Biélorussie : la présidente

Entretien avec Svetlana Tikhanovskaïa par Natalia Routkevitch

Enjeux et défis de la crise biélorusse

par Olga Gille-Belova

La Russie finira-t-elle par lâcher Loukachenko ?

Entretien avec Pavel Latushka par Galia Ackerman

La France et ses armées : revue de détail

Entretien avec François Lecointre par Isabelle Lasserre

Europe : oser la puissance

Entretien avec Clément Beaune par Isabelle Lasserre

L’Union européenne, protectrice des libertés

Entretien avec Didier Reynders par Baudouin Bollaert

Europe de la défense et défense de l’Europe

Entretien avec Bernard Rogel par François Clemenceau

De l’utilité des crises

Entretien avec Bernard Cazeneuve par Bruno Tertrais

Le Moyen-Orient à l'heure des accords d'Abraham

par Jean-Pierre Filiu

Le conflit israélo-palestinien au révélateur du coronavirus

Entretien avec Micah Goodman par Myriam Danan

Turquie-Europe : le piège de l’apaisement

par Nicolas Baverez

Inquiétante Turquie

par Nora Seni

Ankara : l’État de droit suspendu

par Guillaume Perrier

La Grèce face aux ambitions turques

Entretien avec Dora Bakoyannis par Alexia Kefalas

Ukraine-Russie : le go-between

Entretien avec Viktor Medvedtchouk par Grégory Jullien

Moldavie : le long combat contre la corruption

Entretien avec Maia Sandu par Sébastien Gobert

Le trumpisme est-il soluble dans la politique américaine ?

par Marie-Cécile Naves

Le commerce international dans la tourmente

Entretien avec Isabelle Méjean par Frédéric de Monicault

Le jeu dangereux des géants du Net

par Éric Mechoulan