TCHETCHENIE: LE TEMOIN GENANT

n° 87 - Printemps 2000

Andreï Babitski, 36 ans, collabore en tant que grand reporter à Radio Liberty. Il a rejoint la radio américaine (créée pendant la guerre froide et financée par le Congrès américain) en 1989. Depuis le premier conflit de 1994-1995 en Tchétchénie, ce journaliste issu des milieux dissidents sillonne les plaines et les montagnes de la petite République indépendantiste du Nord-Caucase. Il était le seul reporter présent à l'intérieur de l'hôpital de Boudionnovsk lors de la spectaculaire prise d'otages menée par l'un des chefs tchétchènes, Chamil Bassaïev, en 1995. En janvier 2000, il était le dernier journaliste resté dans Grozny, alors que la ville était soumise aux bombardements incessants de l'aviation et de l'artillerie fédérales. Arrêté par des soldats russes, le 16 janvier, interné dans un camp de filtration, il fut ensuite victime d'une manipulation digne des pires pratiques du KGB pour se retrouver finalement, aujourd'hui, accusé de «collaboration avec des formations armées illégales» (nom donné, officiellement, aux combattants tchétchènes) et assigné à résidence dans la capitale, en attente d'un procès.