LE QATAR, AL-JAZIRA ET BEN LADEN

n° 94 - Hiver 2002

«Ici Al-Jazira, depuis le Qatar. » Cette phrase, répétée toutes les heures sur une télévision vieille d'à peine plus de cinq ans, s'est répandue dans l'ensemble du monde arabe, de Tanger à Bagdad. Mais l'humour populaire a tôt fait de retourner la formule : « Ici le Qatar, depuis Al-Jazira ! » Cette inversion illustre la relation énigmatique qui unit la CNN arabe au pays qui l'abrite. En diffusant en direct les premières frappes aériennes sur Kaboul, Al-Jazira ne savait pas que sa notoriété franchirait les frontières qui avaient été les siennes jusqu'alors. Et lorsqu'Oussama Ben Laden, l'homme le plus recherché du monde, choisit Al-Jazira pour répondre à George W. Bush, la chaîne ignorait qu'elle deviendrait une cible de la riposte américaine ...

Le 1er novembre 1996, à proximité de la radio et de la télévision officielles du Qatar, dans des locaux exigus, une nouvelle télévision voit le jour. Son nom : Al-Jazira, « l'île ». Forte d'un réseau de correspondants présents dans 30 villes, elle est souvent en première ligne lorsqu'il s'agit d'annoncer des informations d'importance internationale. Sa liberté de ton est une exception dans un monde arabe où le champ médiatique est habituellement verrouillé. En peu de temps, elle réussit à s'imposer dans un paysage audiovisuel archaïque et ennuyeux. Son audience ne cesse de croître. Son succès, elle le doit à ses émissions phare - « Direction opposée » et « Plus qu'une opinion » - , mais aussi à ses animateurs-vedettes, repêchés à prix d'or au sein de la vénérable BBC arabe - laquelle a dû fermer ses portes après un désaccord avec son partenaire saoudien. Brisant les tabous, Al-Jazira s'est forgé une réputation d'indépendance en invitant à des débats politiques des dissidents arabes privés de parole dans leur propre pays.

Il est vrai que sur Al-Jazira on ne s'ennuie pas. Les plateaux sont le lieu de véritables spectacles où tous les thèmes sont abordés : corruption, démocratie, droits de l'homme, unité arabe, islamisme, liberté d'expression, etc. L'information, elle non plus, ne subit aucune censure, journalistes et commentateurs pouvant presque tout dire. Depuis son lancement, la chaîne fait l'objet de multiples controverses. Jamais une télévision arabe n'aura suscité autant d'admiration et de rejet à la fois, y compris au sein des élites. Récemment, le ministre qatari des Affaires étrangères, Cheikh Hamad Ben Jassim Al-Thani, a avoué qu'une grande partie de son action diplomatique était consacrée à réparer les « dégâts » causés par Al-Jazira. Ne serait-ce que parce que le style audacieux de la télévision qatarie fait craindre aux pouvoirs arabes un effet de contagion qui réduirait la marge de manoeuvre des régimes en place.

Al-Jazira a sans doute connu ses plus belles heures de gloire avec l'Irak et l'Afghanistan. En décembre 1998, déjà, lors de l'opération « Renard du Désert », le président irakien Saddam Hussein boude CNN et sa propre télévision officielle, et choisit Al-Jazira pour s'adresser au monde arabe. Un an plus tard, la chaîne décide de diffuser des entretiens exclusifs avec Ben Laden. Elle a même rendu public un communiqué signé de sa main et appelant les Pakistanais à défendre l'Afghanistan en cas de représailles américaines contre les Talibans. Mais Al-Jazira a également fait preuve de ses qualités en couvrant le conflit israélo-palestinien, les escarmouches continues entre l'Irak et les Etats-Unis, ainsi que les différentes crises en ex-Yougoslavie.

Quelle mouche a donc piqué l'Emir du Qatar pour lancer un chantier aussi ambitieux et périlleux ? Comment a-t-il pu injecter plus de 120 millions de dollars dans un projet qui ne serait peut-être jamais rentable ? Le Qatar version Cheikh Hamad Ben Khalifa Al-Thani est décidément troublant. Comment expliquer qu'un pays peuplé de 600 000 habitants, dont seulement 120 000 Qataris, ose ainsi manquer de respect à ses voisins les plus puissants ? Seul pays wahhabite en dehors de l'Arabie Saoudite, le Qatar a tenu, au lendemain du coup d'Etat de 1995, à marquer sa différence par rapport à Riyad et à se démarquer de la politique conduite par l'ancien Emir. Première stratégie adoptée par la nouvelle équipe : mener une diplomatie offensive en multipliant les accords et les alliances avec des puissances étrangères, Etats-Unis en tête. L'ouverture d'un bureau commercial israélien à Doha s'inscrit dans cette politique. Deuxième stratégie : doter le Qatar d'un relais médiatique en mesure de donner au pays le statut qui lui a toujours fait défaut. Ce relais s'appelle Al-Jazira. Tout en étant conscient de ses limites face à l'imposant voisin saoudien, le Qatar s'accommode habilement de cette géopolitique défavorable. Il est vrai que l'Emir n'en est pas à son premier coup d'éclat.

Déjà en novembre 1997, à une époque où le processus de paix au Proche-Orient offrait de sérieuses perspectives, le Qatar avait organisé la quatrième session de la Conférence économique pour le Proche-Orient et l'Afrique du Nord . Cette conférence a été boycottée par treize des vingt-deux membres de la Ligue des Etats arabes. Ceux-ci voulaient sans doute marquer leur désaccord avec l'orientation prise par le nouveau maître du Qatar et protester, au passage, contre la politique du gouvernement israélien. Au-delà de l'échec de cette réunion, l'Emir du Qatar a surpris tout le monde en maintenant le rendez-vous dans les délais et en invitant les délégués israéliens à Doha, au risque de provoquer la colère de ses frères arabes. Mais les frères arabes ne sont plus en mesure de gêner Doha. En effet, depuis juin 1992, le Qatar est lié aux Etats-Unis par un accord de défense tenu secret. Seule certitude, le Qatar accueille sur son sol une base américaine, qui serait le plus important dépôt de matériel militaire hors des Etats-Unis. De quoi détourner Riyad de ses tentations hégémoniques ...

Enfin, le Qatar vient d'inscrire son nom dans l'histoire des négociations internationales. Après l'échec de la conférence de l'OMC à Seattle, un nouveau cycle de négociations commerciales a été lancé à Doha le 13 novembre 2001. Sur le plan économique, l'Emir peut se flatter d'un parcours brillant. Lorsque, en 1996, il s'est endetté pour investir 25 milliards de dollars dans l'exploitation des gisements gaziers, bon nombre d'observateurs restaient sceptiques quant à la viabilité du projet. Aujourd'hui, les premiers résultats annoncent un grand avenir pour le pays et le PNB est en hausse constante.

L'Emir ne veut pas en rester là. Il tient à associer son peuple au pouvoir, à l'impliquer dans la prise de décision. En mars 1999, il convoque ses concitoyens aux premières élections municipales libres avec, pour la première fois également, la participation des femmes. Plus tard, en mai de la même année, les membres de la Chambre de commerce sont élus, fait rare dans un pays du Golfe. Une « démocratie hors sol » naît au Qatar. Autre réussite et non des moindres : le règlement du long différend territorial opposant le Qatar à son voisin, Bahreïn, et qui avait failli dégénérer en conflit armé en 1986. Ce litige, vieux de soixante ans, a été réglé par un arrêt de la Cour internationale de justice de La Haye (CIJ), favorablement accueilli par les deux pays et unanimement salué dans la région. A l'annonce du verdict, l'Emir de Bahreïn, Hamad Ben Issa Al-Khalifa, a parlé de « victoire historique » et de « jour de gloire ». Et d'ajouter : « La fermeté de Bahreïn et son attachement à ses droits ont conduit à ce résultat équitable. » Moins triomphaliste, son homologue qatari s'est, pour sa part, félicité de la fin du conflit tout en admettant que le rejet des revendications de son pays sur les îles Hawar n'était « pas facile » à accepter. Il a assuré que, malgré la peine que ses concitoyens ressentent, la décision de la Cour était de nature à « renforcer la sécurité et la stabilité dans les pays du Golfe et à consolider le Conseil de coopération du Golfe (CCG) ». Dans tous les domaines, Hamad Ben Khalifa Al-Thani est parvenu à effacer les conditions de son accession au pouvoir et à faire taire les critiques émanant des membres du CCG. Décidé à sortir son pays de l'anonymat, il a parfaitement réussi son pari. Mais, aujourd'hui, un autre défi l'attend : comment se maintenir dans la cour des grands ?

Hasni Abidi - Cinq ans après son lancement, Al-Jazira jouit d'une notoriété sans précédent : jamais une télévision arabe n'aura suscité autant d'intérêt. Vous attendiez-vous à ce succès ?
Hamad Ben Thamer Al-Thani - Au départ, nous voulions une télévision orientée vers les préoccupations des citoyens arabes et qui leur permettrait d'avoir accès à des opinions contradictoires. Nous sommes agréablement surpris par la progression de notre chaîne, qui est devenue en peu de temps une télévision incontournable pour tous les médias du monde.
H. A. - Dans Le Figaro du 27 septembre 2001, un article consacré à Al-Jazira commençait ainsi : « C'est l'histoire d'un jeune prince qui s'ennuyait dans sa bonne ville de Doha, capitale somnolente du royaume du Qatar. Las d'attendre la succession, Hamad Ben Khalifa Al-Thani renversa en juin 1995 son vieux père, un conservateur rétrograde. Un an plus tard, l'Émir lançait Al-Jazira. » Cette façon de présenter les choses vous paraît-elle correspondre à la réalité ?
H. B. T. - Absolument pas ! Ce qui s'est passé au Qatar, c'est à l'Émir que nous le devons. C'est parce qu'il était convaincu de la nécessité d'évoluer vers une participation populaire plus large, vers un espace de liberté pour les Qataris, que ces réformes ont vu le jour. Cinq ans plus tard, les idées qui étaient en gestation en 1995 sont devenues réalité. Al-Jazira n'est pas un remède contre l'ennui, mais un projet mûri depuis des années.
H. A. - Al-Jazira est-elle l'idée d'un seul homme ou celle d'un groupe ?
H. B. T. - C'est l'idée d'un groupe mais avec le soutien inconditionnel de l'Émir du Qatar.
H. A. - Faisiez-vous partie de ce groupe ?
H. B. T. - Franchement, l'idée de cette télévision a traversé l'esprit de plus d'une personne. Notre seule crainte était qu'elle ne soit pas en mesure de rompre avec la tradition des médias arabes et qu'elle ne parvienne pas à trouver un ton original. L'Émir s'est engagé à garantir une grande marge de liberté à Al-Jazira et à tous les médias qataris. Pour lui, c'est une condition de la démocratie au Qatar.
H. A. - Il est difficile de ne pas faire le lien entre le coup d'État « soft » qui a porté au pouvoir l'Émir actuel (7) et la création d'Al-Jazira. Lors des tractations qui ont précédé le coup d'État, Al-Jazira était-elle au menu des discussions au sein de la famille Al-Thani ?
H. B. T. - Non ! Le changement pacifique survenu au Qatar a non seulement bénéficié de l'aval de la famille régnante, mais il a été accueilli avec une grande satisfaction par les Qataris et l'ensemble des institutions d'État, telles que le conseil de la Choura (8) ou les forces armées. La transition s'est faite en douceur. A ce moment-là, la création d'Al-Jazira n'était pas à l'ordre du jour. Elle l'est devenue au terme d'une réflexion qui nous a conduits au constat suivant : le monde tend vers une spécialisation de plus en plus poussée. La …

Sommaire

AFGHANISTAN : L'UNITÉ RETROUVÉE ?

Entretien avec Mohamed Zaher shah par Brigitte ADÈS

VIVE LES TALIBANS !

Entretien avec Hamid Gul par Zafar Masud

PAKISTAN : LES HOQUETS DE L'HISTOIRE

par Mariam Abou zahab

LA GUERRE ET UN CAMELEON

Entretien avec Pierre Hassner par Jean-Christophe Thiabaud et Thomas Hofnung

COMMENT PEUT-ON ETRE SAOUDIEN ?

par Olivier Da Lage

ATTENTATS AMERICAINS : LA PISTE SAOUDIENNE

par Ali Laidi

LE QATAR, AL-JAZIRA ET BEN LADEN

Entretien avec Hamad Ben thamer al-Thani par Hasni Abidi

WASHINGTON ET LE MONDE ARABE

par Steven Simon

PALESTINE: POUR UNE TUTELLE INTERNATIONALE

Entretien avec Shlomo Ben-Ami

LE RETOUR DES MERCENAIRES

par François Misser et Philippe Chapleau

PRIVATISER LA GUERRE

Entretien avec Tim Spicer par Amir Taheri

ELOGE DE L'AFRO-REALISME

Entretien avec Omar Bongo par Assane Fall-Diop

800 JOURS POUR REUSSIR

Entretien avec Siméon ii de Bulgarie par François Frison-Roche

NOTRE AMI POUTINE ...

Entretien avec Robert Legvold par Jacqueline Albert simon

RUSSIE: LA GRANDE BRADERIE

Entretien avec Paul Klebnikov par Galia ACKERMAN

CONFESSIONS D'UN OLIGARQUE

Entretien avec Roman Abramovitch par Ekaterina Kuznetsova

QUEL AVENIR POUR LA JUSTICE PENALE INTERNATIONALE?

par Frederic Tiberghien

DICTATEURS: LA FIN DE L'IMPUNITE ?

Entretien avec Claude Jorda par Thomas Hofnung

MILITARO-HUMANITAIRE: LA CONFUSION DES GENRES

par Fabien Dubuet

SEOUL-PYONGYANG: RADIOSCOPIE D'UN NAUFRAGE

par Pierre Rigoulot

FALUNGONG: LA SECTE QUI FAIT PEUR A PEKIN...

par Antoine Paoli

HONG KONG EN LIBERTE SURVEILLEE

par Jean-Philippe Béja