RUSSIE: LA GRANDE BRADERIE

n° 94 - Hiver 2002

Galia Ackerman - Le grand expert de la politique économique russe que vous êtes vient de consacrer un livre à l'oligarque Boris Berezovski. A travers l'histoire de son ascension, vous décrivez le pillage massif des richesses nationales russes par le biais des pseudo-privatisations. Pouvez-vous retracer brièvement les principales étapes de cette grande braderie ?

Paul Klebnikov - Tout a commencé avec la libération des prix décidée par Egor Gaïdar (1) et son équipe, en 1992. Il en résulta une hyper-inflation qui plongea dans le dénuement 95 % de la population russe. Le pays avait pourtant la possibilité de construire son économie de marché grâce au capital des petites gens, grâce aux économies déposées dans des caisses d'épargne. C'est cette chance-là qui fut détruite par la flambée des prix. La privatisation telle que l'a conçue Anatoli Tchoubaïs, avec le système des vouchers (2) marqua la deuxième étape du processus. Elle débuta à la fin de 1993 et se prolongea à travers toute l'année 1994. Là encore, l'ensemble de l'opération reflétait soit un manque d'expérience, soit un déficit de volonté politique. Chaque citoyen russe reçut de l'État un voucher — un bon d'une valeur déclarée — qu'il pouvait échanger contre des actions des sociétés privatisées. Mais la quantité même de ces vouchers et le nombre de sociétés dont on annonçait la privatisation presque simultanément furent si astronomiques que le rapport entre l'offre et la demande s'en trouva complètement perturbé. Conséquence : les entreprises se vendaient pour une part infime de leur valeur réelle. Les calculs des architectes de cette privatisation, et notamment ceux d'Anatoli Tchoubaïs qui en fut le principal responsable, se révélèrent totalement faux. Troisième et dernière étape : les privatisations de 1995, puis celles, deux ans plus tard, des grandes compagnies pétrolières, des entreprises de la sidérurgie et des métaux non ferreux, qui n'avaient pas été privatisées lors de la deuxième étape. Leur privatisation s'est faite par le biais de ventes aux enchères. C'est ainsi que furent privatisés des géants comme Sibneft, Youkos, Lukoil, etc. Grâce à une entente préalable et frauduleuse destinée à évincer tous les autres acheteurs éventuels, ces compagnies furent vendues par le gouvernement, pour une bouchée de pain, à une petite poignée d'hommes que l'on allait bientôt appeler les « oligarques ».
G. A. - Les oligarques sont donc, selon vous, le produit de la deuxième vague des privatisations, n'est-ce pas ?
P. K. - L'année 1995 marque en effet l'apparition des oligarques en tant que groupe d'influence, même si la presse ne commence à évoquer ce phénomène que l'année suivante, au moment de l'élection présidentielle. Cette échéance a servi de révélateur : les Russes comprirent alors que, parmi les milliers d'entrepreneurs qui avaient amassé des capitaux à l'occasion des privatisations, un petit groupe de milliardaires avait étendu son contrôle sur toutes les grandes sociétés russes réellement profitables. Boris Berezovski joua d'ailleurs un rôle décisif dans la victoire de Boris Eltsine en mobilisant derrière lui les autres oligarques. Au lendemain de la réélection de son champion, …

Sommaire

AFGHANISTAN : L'UNITÉ RETROUVÉE ?

Entretien avec Mohamed Zaher shah par Brigitte ADÈS

VIVE LES TALIBANS !

Entretien avec Hamid Gul par Zafar Masud

PAKISTAN : LES HOQUETS DE L'HISTOIRE

par Mariam Abou zahab

LA GUERRE ET UN CAMELEON

Entretien avec Pierre Hassner par Jean-Christophe Thiabaud et Thomas Hofnung

COMMENT PEUT-ON ETRE SAOUDIEN ?

par Olivier Da Lage

ATTENTATS AMERICAINS : LA PISTE SAOUDIENNE

par Ali Laidi

LE QATAR, AL-JAZIRA ET BEN LADEN

Entretien avec Hamad Ben thamer al-Thani par Hasni Abidi

WASHINGTON ET LE MONDE ARABE

par Steven Simon

PALESTINE: POUR UNE TUTELLE INTERNATIONALE

Entretien avec Shlomo Ben-Ami

LE RETOUR DES MERCENAIRES

par François Misser et Philippe Chapleau

PRIVATISER LA GUERRE

Entretien avec Tim Spicer par Amir Taheri

ELOGE DE L'AFRO-REALISME

Entretien avec Omar Bongo par Assane Fall-Diop

800 JOURS POUR REUSSIR

Entretien avec Siméon ii de Bulgarie par François Frison-Roche

NOTRE AMI POUTINE ...

Entretien avec Robert Legvold par Jacqueline Albert simon

RUSSIE: LA GRANDE BRADERIE

Entretien avec Paul Klebnikov par Galia ACKERMAN

CONFESSIONS D'UN OLIGARQUE

Entretien avec Roman Abramovitch par Ekaterina Kuznetsova

QUEL AVENIR POUR LA JUSTICE PENALE INTERNATIONALE?

par Frederic Tiberghien

DICTATEURS: LA FIN DE L'IMPUNITE ?

Entretien avec Claude Jorda par Thomas Hofnung

MILITARO-HUMANITAIRE: LA CONFUSION DES GENRES

par Fabien Dubuet

SEOUL-PYONGYANG: RADIOSCOPIE D'UN NAUFRAGE

par Pierre Rigoulot

FALUNGONG: LA SECTE QUI FAIT PEUR A PEKIN...

par Antoine Paoli

HONG KONG EN LIBERTE SURVEILLEE

par Jean-Philippe Béja