SEOUL-PYONGYANG: RADIOSCOPIE D'UN NAUFRAGE

n° 94 - Hiver 2002

L'élection, fin 1997, de Kim Dae Jung - un démocrate de longue date dont les démêlés avec les régimes autoritaires de Corée du Sud étaient rapportés dans la presse nord-coréenne comme une preuve de la nature fascisante du pouvoir de Séoul - devait logiquement ouvrir une ère politique nouvelle, en particulier dans le domaine des relations entre les deux Etats de la péninsule.
La logique a été respectée. Et il faut reconnaître à Pyong-yang le mérite d'avoir saisi immédiatement la portée de l'événement. Ce n'est pas un hasard si la presse officielle - la seule autorisée - tut à la population nord-coréenne le nom du nouveau président du Sud pendant des mois : il lui était pour le moins difficile, dans le cadre de sa propagande, de reconnaître que la « victime-du-gouvernement-fasciste-à-la-solde-de-l'impérialisme-américain » avait pu devenir président de la République !
Côté sud, l'ère nouvelle s'ouvrit par un changement radical à l'égard du voisin communiste du nord. Et d'abord par un changement de ton : on évita désormais toute polémique. Bientôt, l'Etat nord-coréen, qui comme tous les Etats totalitaires a besoin d'un ennemi à désigner à la vindicte des masses, se retrouva dans la situation d'un boxeur qui continuait à combattre alors que son adversaire avait quitté le ring.
De la fin de l'affrontement on passa ensuite à des rapports positifs mais discrets. Les contacts interrompus depuis cinq ou six ans furent renoués, malgré quelques incidents abordés par Séoul d'un point de vue purement technique : la capture d'un sous-marin nord-coréen en juin 1998 dans les eaux territoriales sud-coréennes puis, en juin 1999, un combat naval avec des navires nordistes qui avaient pénétré dans les eaux sud-coréennes. On l'a appris depuis : en mars de cette année-là, William Perry, le coordinateur de la politique américaine en Corée du Nord, était à Séoul. Le président Kim Dae Jung l'informa qu'il était en train de mener secrètement des négociations avec Pyongyang en vue d'un sommet inter-coréen. Des discussions se tenaient à Pékin depuis décembre 1998 sous la direction de Kim Bo Hyun, bras droit de Lim Dong Won, chef des services secrets sud-coréens et futur ministre de la Réunification. Le 17 mars 2000, le porte-parole du président, Park Jie Won, prenait le relais. C'est de lui surtout qu'on a parlé dans la presse alors qu'il ne faisait que parachever un dialogue fructueux. En avril, enfin, on put annoncer que les deux leaders, du Nord et du Sud, se rencontreraient deux mois plus tard.
Les principes de la sunshine policy
Rétrospectivement, on a l'impression que c'est bien en cette fin d'hiver 1999-2000 que l'accord s'est forgé. C'est du 9 mars 2000 que date la fracassante déclaration du président Kim Dae Jung à l'Université libre de Berlin sur sa volonté d'aider l'économie nord-coréenne à se relever. C'est à cette époque également, le 19 février, que le président sud-coréen accorda un entretien à des parlementaires de retour de mission aux Etats-Unis : «Au début, le Nord se méfiait de nos intentions, déclara-t-il, mais il a …

Sommaire

AFGHANISTAN : L'UNITÉ RETROUVÉE ?

Entretien avec Mohamed Zaher shah par Brigitte ADÈS

VIVE LES TALIBANS !

Entretien avec Hamid Gul par Zafar Masud

PAKISTAN : LES HOQUETS DE L'HISTOIRE

par Mariam Abou zahab

LA GUERRE ET UN CAMELEON

Entretien avec Pierre Hassner par Jean-Christophe Thiabaud et Thomas Hofnung

COMMENT PEUT-ON ETRE SAOUDIEN ?

par Olivier Da Lage

ATTENTATS AMERICAINS : LA PISTE SAOUDIENNE

par Ali Laidi

LE QATAR, AL-JAZIRA ET BEN LADEN

Entretien avec Hamad Ben thamer al-Thani par Hasni Abidi

WASHINGTON ET LE MONDE ARABE

par Steven Simon

PALESTINE: POUR UNE TUTELLE INTERNATIONALE

Entretien avec Shlomo Ben-Ami

LE RETOUR DES MERCENAIRES

par François Misser et Philippe Chapleau

PRIVATISER LA GUERRE

Entretien avec Tim Spicer par Amir Taheri

ELOGE DE L'AFRO-REALISME

Entretien avec Omar Bongo par Assane Fall-Diop

800 JOURS POUR REUSSIR

Entretien avec Siméon ii de Bulgarie par François Frison-Roche

NOTRE AMI POUTINE ...

Entretien avec Robert Legvold par Jacqueline Albert simon

RUSSIE: LA GRANDE BRADERIE

Entretien avec Paul Klebnikov par Galia ACKERMAN

CONFESSIONS D'UN OLIGARQUE

Entretien avec Roman Abramovitch par Ekaterina Kuznetsova

QUEL AVENIR POUR LA JUSTICE PENALE INTERNATIONALE?

par Frederic Tiberghien

DICTATEURS: LA FIN DE L'IMPUNITE ?

Entretien avec Claude Jorda par Thomas Hofnung

MILITARO-HUMANITAIRE: LA CONFUSION DES GENRES

par Fabien Dubuet

SEOUL-PYONGYANG: RADIOSCOPIE D'UN NAUFRAGE

par Pierre Rigoulot

FALUNGONG: LA SECTE QUI FAIT PEUR A PEKIN...

par Antoine Paoli

HONG KONG EN LIBERTE SURVEILLEE

par Jean-Philippe Béja